Namur-Luxembourg

Un des professeurs de l'école d'équitation de Gesves accusés de harcèlement a décidé de déposer plainte contre X pour diffamation et calomnie, a fait savoir vendredi son avocat. 

L'établissement situé dans la province de Namur est dans la tourmente depuis que des élèves ont témoigné, jeudi dernier lors d'un cours de morale, de faits de harcèlement de la part de certains professeurs. 

"Soit les faits énoncés sont avérés, auquel cas des sanctions peuvent être prises, soit les faits énoncés sont totalement inexacts et sont faux, auquel cas il faut aussi que des sanctions soient prises à l'encontre de ceux qui auraient initié ces propos inexacts", argumente Alexandre Wilmotte, l'avocat du professeur qui a déposé plainte.

Les quatre professeurs accusés ont été écartés de l'école. Cette mesure peut perdurer jusqu'à 10 jours ouvrables. "Si à l'issue de ces 10 jours ouvrables aucune preuve n'a pu être apportée attestant de la véracité des accusations, la présomption d'innocence doit être respectée et mon client peut être réintégré à l'école où il travaille depuis des années", explique l'avocat. Seul le collège provincial, autorité référente de l'école, peut décider de suspendre les professeurs pour une durée plus longue.

"Je me pose toujours des questions dans ce genre de dossier. Comment se fait-il qu'il y ait subitement des accusations de ce genre?", s'étonne Me Wilmotte.

En attendant une réponse, quatre nouveaux professeurs ont été engagés par l'école. On ne sait pas pour combien de temps "puisque l'école attend les avancées de l'enquête judiciaire", rappelle Marie-France Marlière, inspectrice générale.

Jeudi prochain, une réunion avec les parents est prévue de longue date à l'école, qui en profitera pour les informer et rassurer sur la situation.