Namur-Luxembourg Des étudiants de l'école d'équitation de Gesves ont dénoncé des insultes, des coups et des faits de harcèlement sexuel de la part de leurs professeurs. Cinq à six d'entre eux seraient suspendus.

Les cours ont été arrêtés jusqu'à nouvel ordre, le temps qu'une enquête interne fasse toute la lumière sur cette sombre histoire. Jeudi dernier, en pleine affaire Weinstein, le professeur de morale a abordé la question du harcèlement. Les langues se sont déliées. "Et là, il y a eu des témoignages disant que le harcèlement, ils le subissaient ici, à l'école. Harcèlement moral avec des insultes, harcèlement physique avec des coups", selon Philippe Bultot, député provincial en charge de l'enseignement, interrogé par RTL.

Les brutalités en question concernent des coups de poing, de cravache, de pieds... A quelle fin utile? La pédagogie, selon les propos rapportés par les élèves des professeurs.

D'autres témoignages vont jusqu'à parler de mains baladeuses et de propos déplacés.

"A l'heure actuelle, l'affaire Weinstein est bien connue de tout le monde. Si les élèves parlent, il faut les prendre au sérieux, mais il faut aussi faire les recoupements et entendre les professeurs. On ne peut pas dire qu'on va continuer les cours normalement, et qu'on verra après", a déclaré le député. Selon L'Avenir, cinq à six professeurs sont à l'arrêt. Une information judiciaire pourrait être ouverte. Toutefois, la direction de l'école n'a pas souhaité commenter ces faits.