Namur-Luxembourg Une quarantaine de jeunes ont semé le trouble mercredi dernier.

La rue Godefroid n’est pas la rue la plus sûre de Namur. Cette insécurité a atteint son paroxysme mercredi soir. David Pêcheur, patron de plusieurs établissements namurois (dont les Caves à Bières et le Green Fairy, situés rue Godefroid), explique que "Nous avions remarqué qu’il y avait beaucoup plus de monde qui traînait dans la rue. Tous ces gens créaient un grave sentiment d’insécurité : ils n’hésitaient pas à s’en prendre aux passants et à notre clientèle en les agressant verbalement et même physiquement. La police, présente en force dans le quartier, a eu beaucoup de travail car ces personnes sont rentrées dans nos deux établissements pour y injurier notre clientèle puis chercher la bagarre ! À la fin, la police m’a demandé de prier ma clientèle présente de quitter les lieux et de fermer mes deux cafés. Pour rassurer le personnel et la clientèle, j’ai fait appel à une firme privée pour assurer la sécurité pendant les trois jours suivants !"

Pour la Zone de police Namur-Capitale, le commissaire principal Leleux ajoute quelques détails : "Au départ, il y a le tournage d’un clip vidéo de rap sans autorisation préalable et la présence d’une quarantaine de jeunes au carrefour de la rue des Croisiers et de la rue Godefroid. Les jeunes, au passage fortuit d’un véhicule de patrouille, le prennent à partie. Les policiers sortent contrôler quelques individus puis demandent des renforts sérieux car la situation se détériore : deux majeurs ont été privés de liberté pour coups et blessures volontaires et pour incitation à l’émeute."

"J’ai remarqué parmi les fauteurs de troubles quelques anciens de feu la bande du Mac Do et, surtout, pas mal de mineurs ! ", souligne le directeur des Opérations de la police Namuroise. Et de conclure : "On va tenir le quartier à l’œil !"

Les policiers ont commencé vendredi soir par l’arrestation de deux personnes qui importunaient les passants et assurent qu'ils ne baisseront pas la garde tant que le quartier n’aura pas retrouvé sa sérénité.