Jardins d'Annevoie: Marcourt n'entend pas faiblir

Belga Publié le - Mis à jour le

Namur-Luxembourg Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, n'entend pas faiblir à l'égard du locataire et exploitant des Jardins d'Annevoie, Stephan Jourdain, a-t-il indiqué mardi en Commission du parlement en réponse à une question de Willy Borsus (MR).

Il ne ferme toutefois pas la porte à une issue négociée qui permettrait d'en finir avec certaines des nombreuses procédures judiciaires qui sont en cours. Il y a deux ans, la Région wallonne a décidé de résilier la convention de mars 2008 qui la lie à M. Jourdain et à son asbl les Jardins d'Annevoie, estimant que les termes de l'accord n'étaient pas respectés.

Parallèlement, des problèmes se sont posés dans le domaine urbanistique qui ont mené à la condamnation de M. Jourdain par la Cour d'appel de Liège en février 2011 pour des travaux qu'il a exécutés dans le domaine.

Aujourd'hui, pas moins de sept procédures sont en cours, visant M. Jourdain, ses sociétés et le liquidateur de l'asbl Les Jardins d'Annevoie, Me Lion. Un dossier a notamment été déposé aux parquets de Dinant et de Bruxelles.

Les contacts entre l'homme d'affaires et la Région sont au point mort. M. Marcourt se dit prêt à trouver une solution négociée, à condition qu'il ne s'agisse pas d'une manoeuvre permettant à M. Jourdain de gagner du temps.

"Aujourd'hui, les contacts que l'on a pu entretenir avec M. Jourdain sont arrêtés. Nous sommes toujours disposés à recevoir une proposition concrète pour sortir de l'ensemble des procédures.

Pour ce faire, il est indispensable que M. Jourdain vienne avec des propositions concrètes, fiables et exécutables et ne tente pas simplement de gagner du temps à l'égard de procédures pour lesquelles j'ai dit qu'il faudrait persévérer sans faiblir", a expliqué le ministre.

Stéphan Jourdain prêt à se mettre autour de la table

Je ne demande qu'une chose, me mettre autour de la table avec la Sogepa et la Région wallonne, tout pourrait être réglé en deux heures si l'on prenait le temps de discuter", a déclaré Stéphan Jourdain, exploitant des Jardins d'Annevoie, à l'agence Belga. Ceci, en réaction aux propos de Jean-Claude Marcourt qui se déclarait lui-même favorable à une issue négociée dans le cadre du complexe dossier des Jardins d'Annevoie.

"J'ai eu des contacts avec la Sogepa en novembre dernier et je leur ai dit que je voulais négocier une issue favorable, mais je n'ai jamais eu de leurs nouvelles alors que je veux vraiment sortir de cette situation. Depuis lors, je leur ai écrit à nouveau ainsi qu'à la Région wallonne et au ministre Marcourt et je n'ai pas eu de retour.", déplore M. Jourdain.

"Il est paradoxal que le ministre déclare cela alors que dans le même temps je suis bombardé depuis 10 jours de citations à comparaître et que 8 procédures sont actuellement en cours. Il y a contradiction également car il y a quinze jours, le vice-président de la Sogepa déclarait dans les colonnes de l'Avenir que l'heure n'était plus à la négociation et que les procédures judiciaires étaient plus que jamais d'actualité", a-t-il ajouté.

Stéphan Jourdain propose une solution. "Pour faire simple, les jardins se divisent en 4 entités. J'ai la main pour 3 d'entre elles et la Sogepa pour la dernière. Je demande donc une option cessible sur les parts de la Sogepa et un an pour trouver un repreneur, car oui, il y a des personnes intéressées, et sortir de cette situation."

Publicité clickBoxBanner