Namur-Luxembourg

L'homme d'affaires Stéphane Jourdain, à la tête de l'asbl les Jardins d'Annevoie, a l'obligation d'ouvrir le site entre Pâques et Toussaint malgré la décision de liquidation volontaire de l'association, a fait savoir mardi en Commission du parlement wallon la ministre Eliane Tillieux qui remplaçait son collègue de l'Economie, Jean-Claude Marcourt.

L'asbl a décidé il y a deux semaines de procéder à une liquidation volontaire. Le gouvernement entend toutefois rappeler à M. Jourdain l'ensemble de ses droits et obligations. La liquidation ne met pas fin en tant que telle au contrat de bail qui lie la Région wallonne à l'asbl. M. Jourdain demeure donc garant des obligations contenues dans la convention, notamment l'ouverture du site mais aussi la prise en charge du déficit d'exploitation.

Le gouvernement demande également la désignation d'un autre liquidateur. La personne désignée pour remplir cette mission n'est autre que... M. Jourdain lui-même. "Le liquidateur doit être en mesure de remettre en cause certaines opération menées par l'asbl et de négocier la poursuite éventuelle des activités de manière temporaire. Un confit d'intérêts existe donc dans le chef de M. Jourdain", a expliqué Mme Tillieux, en réponse à des questions de Willy Borsus (MR) et Marie-Thérèse Saenen (Ecolo).

L'exécutif régional s'informera également auprès des institutions financières à propos des garanties disponibles sur les prêts qu'a reçus l'asbl. La ministre ne s'est en revanche pas exprimée sur le futur de ce parc, joyau du 18e siècle retiré en 2009 de la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie en raison des travaux réalisés par M. Jourdain et des dégâts qu'ils ont provoqués. Le gouvernement attend de voir plus clair sur la suite des procédures entamées.