Namur-Luxembourg
Le développement durable et l’économie circulaire en point de mire.

C’est l’aboutissement d’un long projet d’aménagement, avec des complications techniques liées à la présence de la voie d’eau et du chemin de fer : aux confins des provinces du Hainaut et de Namur, à cheval sur trois communes, l’écopôle est le plus grand parc d’activité de la zone, avant celui de Courcelles. Il offre aux entreprises de larges capacités désormais commercialisables.

Comme l’explique la directrice du développement économique et territorial d’Igretec, Nathalie Czerniatynski, "nous y disposons de terrains adaptés à tous les besoins. L’un a la taille d’un petit zoning, quelque 40 hectares, un autre se trouve à proximité d’un poste de transformation du fournisseur d’énergie Elia, pour une installation qui nécessiterait beaucoup d’électricité".

La construction d’un bâtiment relais

Voici douze ans, pour faire face à la pénurie d’espace sur les zonings, l’intercommunale avait élaboré une stratégie de revalorisation des sites de l’ancien sillon industriel. L’écopôle, qui en est la pièce maîtresse, s’inscrit dans la philosophie du développement durable et de l’économie circulaire : pour acheter une parcelle et y implanter leur activité, les entreprises devront en effet signer une charte d’engagements. "Tout n’y sera pas centré sur l’environnement, poursuit la directrice. On demandera par exemple à nos investisseurs d’encourager l’emploi local, en partenariat avec les communes."

Ouvert sur le réseau fluvial via la Sambre, le site est aussi connecté à la plateforme multimodale de Charleroi-Châtelet. Il est prévu d’y construire rapidement un bâtiment relais : dans ce cadre, Igretec s’est vu octroyer une enveloppe de 2,8 millions. La volonté est d’y combiner des bureaux à des ateliers de superficies allant jusqu’à 500 m2 pour des activités de micro-industrie. Une aire de parking pour le covoiturage a été intégrée au projet, comme des infrastructures sécurisées pour les déplacements doux.

Accessible par le bus, l’écopôle est situé à proximité de deux gares SNCB. Déjà présente sur place, Ecoterres a prévu d’étendre le périmètre de son activité. Des négociations sont en cours avec d’autres entreprises mais aucune n’a encore abouti.