Namur-Luxembourg Elle recapitalise pour 130 000€ et valide les choix de la nouvelle équipe.

L’enjeu était de taille mercredi soir pour la Criée de Wépion : les producteurs de fraises étaient réunis en assemblée générale extraordinaire pour décider s’ils continuaient ou non l’activité après deux années catastrophiques. Le chiffre d’affaires a plongé en 2016 et 2017, passant sous la barre du million d’euros alors que l’équilibre budgétaire est atteint à 1,5 million environ. En cause : le climat, mais aussi la méfiance ambiante liée aux difficultés financières.

Des liquidités de trésorerie

La nouvelle équipe a fait un bilan financier et proposé des solutions de redressement économique. Les membres ont approuvé à plus de 90 % le plan financier présenté par les responsables de la Criée.

En recapitalisant eux-mêmes la Criée avec 130 000 euros, les coopérateurs lui permettent de retrouver des liquidités de trésorerie. Un dossier a par ailleurs été déposé au bureau économique de la Province et un rendez-vous prévu avec le ministre wallon de l’agriculture au printemps.

L’accueil de nouveaux producteurs

Pascal Bolle, le président de la Criée de Wépion, est ravi. "On parle de permettre l’accueil de nouveaux producteurs qui seraient rétribués plus rapidement grâce à un nouveau système." Car les producteurs ne se trouvent pas tous à Wépion.

"Les champs peuvent se trouver à 30 ou 40 kilomètres, ce n’est pas important. Il faut respecter un cahier des charges qui détermine le mode de production, les variétés et le terroir."

Un vote de confiance

Pour sauver l’outil, il est question d’engager un nouveau délégué commercial, de rendre la Criée plus attractive. Sans elle, on ne trouverait pas les grandes surfaces. "C’est un intermédiaire indispensable pour écouler les gros volumes. En mettant ensemble les productions, on permet d’atteindre un certain volume et de répondre ainsi aux commandes des grands distributeurs qui ne se déplacent pas pour 10 ou 20 caisses", explique celui qui est aussi cultivateur à Gerpinnes. Avec un vote de confiance à 90 %, on peut dire que les perspectives sont optimistes. Les producteurs réunis espèrent même développer la Criée pour lui faire atteindre un chiffre d’affaires de 3 à 4 millions d’euros ces prochaines années.