Namur-Luxembourg

Le RGPD (règlement général sur la protection des données) doit être une réalité pour bon nombre d’entreprises pour ce 25 mai au plus tard. Impossible d’y échapper. Chez E-Net Business à Assesse, agence de marketing numérique, c’est l’effervescence !

"J’ai lancé la société seul en 2002, nous confie Nicolas Pourbaix. Aujourd’hui, elle emploie 25 personnes et nous sommes une des plus importantes agences digitales de Wallonie : nous comptons 2 000 clients et gérons près de 1 000 sites, essentiellement en province de Namur et dans le Brabant wallon. Nous créons entre 120 et 150 sites par an, nous chargeons de leur référencement, réalisons des prestations sur les réseaux sociaux pour nos clients…"

Le RGPD, règlement européen qui fixe un cadre légal à la protection des données personnelles et qui oblige les entreprises à informer les internautes sur les données les concernant, Nicolas Pourbaix en a entendu parler pour la première fois il y a un an et demi.

"C’était plutôt flou au début, les avis étaient contradictoires. En tant que sous-traitant, nous sommes évidemment amenés à manipuler les données de nos clients. Puis nous avons dû avancer. En embauchant et en formant un délégué à la protection des données, mais aussi en investissant dans la sécurité."

Durant deux semaines, 10 (5 développeurs et 5 graphistes) des 25 travailleurs de chez E-Net Business travaillent uniquement sur le RGPD afin de mettre les bases de données à jour. "La mesure nous coûte 10 000 € en frais d’avocats, et 40 000 € pour faire évoluer notre infrastructure de développement, qu’il s’agisse du pare-feu ou des serveurs. A ces montants viennent s’ajouter des adaptations administratives, 25 000 € pour l’évolution de notre infrastructure pour sites web et 18 000 € pour les 360 heures de prestation de nos équipes sur les sites de nos clients. Au final, on avoisine les 100 000 €."

Au final, pour l’internaute lambda, l’impact du RGPD sera réduit. Il ne saura par exemple sans doute pas que de nombreux sites ont basculé vers le HTTPS, qui empêche le piratage et le vol de données. Tout au plus se rendra-t-il compte que désormais les formulaires sur le consentement de l’utilisation des données apparaissent beaucoup plus tôt lors des procédures de commandes sur le Net.