Namur-Luxembourg La Semois et l’Ourthe fermées depuis plusieurs jours.

Plus aucun kayak ne circule en province du Luxembourg. L’Ourthe et la Semois sont fermées à la navigation depuis plusieurs jours. Certains tronçons étaient encore accessibles en début de semaine dernière, mais la baisse du niveau de l’eau n’a pas tardé à les rendre impraticables.

"Je ne me rappelle pas avoir vu la Semois à un niveau si bas, commente Vincent Genin, exploitant de kayaks à Chiny. C’est absolument catastrophique pour la saison. Heureusement, j’ai la chance d’avoir une solution de rechange. La société que j’exploite en France me permet de rediriger nos clients vers la Chiers, où le niveau affiche 1,50 m en permanence."

A l’autre extrémité de la province, les opérateurs touristiques doivent également composer avec l’assèchement des cours d’eau. Comme à Durbuy, où les nombreux adeptes de kayak qui se pressent aux portes de La Petite Merveille sont invités à choisir une autre activité. "On informe régulièrement nos clients de l’évolution de la situation via nos nombreux réseaux de communication."

Les opérateurs touristiques misent donc beaucoup sur le retour des précipitations annoncées dans le courant de la semaine. "Le niveau de l’eau est déjà remonté de quelques centimètres depuis qu’il pleut. La circulation des kayaks pourrait reprendre d’ici le week-end si les pluies sont continues" , souligne Nicolas Caprasse, d’Ardenne Aventures à La Roche. "En tout cas, ça ne peut pas être pire", embraye Emmanuel Gennart, de la direction des cours d’eau non navigables. "Il a plu pas mal sur la Semois. Elle pourrait rouvrir prochainement, de même que les autres rivières. Tout dépendra des pluies qui s’abattront en amont des tronçons concernés. Il ne suffit pas que les précipitations soient intenses, il faut qu’elles soient régulières. Quand un gros orage éclate sur des terres aussi sèches, l’eau ne fait que ruisseler."

La sécheresse de ces dernières semaines a d’ores et déjà laissé son empreinte dans les annales météorologiques du pays. "Ce qui est exceptionnel, c’est la période concernée. L’eau peut atteindre un niveau aussi bas à la fin de l’été, mais pas au début. C’est particulièrement inquiétant."