Namur-Luxembourg

Une fois n'est pas coutume, le MR provincial a tenu sa traditionnelle séance de voeux à Marche. Une ville où le bourgmestre n'est pas un réformateur. "Pas encore, lance avec malice le député-bourgmestre de Bastogne, Philippe Collard. Cela ne devrait pas tarder. "En 2012, le MR est capable de conquérir le mayorat."

Le ton était donné, vendredi soir. Le président Didier Reynders est venu, avec d'autres ténors du parti, féliciter les troupes pour les résultats aux communales. Et lancer un pavé dans le jardin d'un ministre régional (NdlR, Benoît Lutgen), lequel n'a pas osé se présenter à Bastogne. A dire vrai, le choix de Marche pour se souhaiter la bonne année est plus technique que politique. Les libéraux n'ont pas trouvé de salle dans le centre Ardenne, dixit la présidente provinciale, Dominique Tilmans. Cette dernière, dans son discours, a insisté sur deux dossiers importants de l'année 2007. La hausse du coût de l'électricité, d'abord. "Les Luxembourgeois vont payer le prix fort : 12 pc pour les particuliers et 45 pc pour les communes, sans compter l'éclairage, déplore la présidente. La faute à qui ? A Jean-Paul Poncelet (NdlR : l'ex-ministre PSC luxembourgeois du gouvernement fédéral). Il n'a pas voulu de la péréquation. Au gouvernement wallon, les socialistes ont également refusé, malgré les propositions libérales."

Ensuite, Dominique Tilmans s'est penchée sur le dossier des hôpitaux. Des commentaires beaucoup moins incisifs...

Le MR a obtenu l'aide de collaborateurs du parti, pour étudier la restructuration qui s'annonce. "On est favorable à l'intercommunale unique, qui comporte des volets excessivement difficiles. Pas de précipitation. C'est un dossier de la majorité. Il serait malheureux de jouer les matamores. On a besoin de sagesse et de patience", explique-t-elle.

Enfin, en vue des élections fédérales, l'objectif sera de garantir le deuxième siège. Rappelons que les deux sièges sont pour l'instant occupés par Dominique Tilmans et Philippe Collard.