Namur-Luxembourg Le chapiteau "En Terre Bio" sera le point de départ d’un parcours 100 % bio à la Foire.

Aujourd’hui, un hectare sur dix est bio en Wallonie. Cette progression se traduira, dès ce vendredi, à la 83e Foire agricole et forestière de Libramont, par la présentation d’un plus large panel de produits issus de l’agriculture biologique et de plusieurs nouveautés.

Un menu trois services

Pour la première fois, l’occasion sera offerte aux visiteurs de suivre un parcours 100 % bio à travers le champ de foire. Un quiz sera organisé en parallèle avec une remise de prix deux fois par jour. "Cette promenade a été créée grâce à l’Union nationale des agrobiologistes belges en étroite collaboration avec les organisateurs de l’événement", souligne Dominique Jacques, président de l’Unab. "Tracé au cœur de la Foire, ce nouvel itinéraire montrera les multiples facettes du paysage bio wallon, des firmes d’aliments aux produits en dégustation à Ardenne joyeuse en passant par le matériel, la laiterie des Ardennes et les animaux présentés par l’Association wallonne de l’élevage."

Sous le chapiteau "En Terre Bio", lieu de rassemblement des acteurs de ce secteur depuis plus de dix ans, le cuisinier Maxime Renard proposera des plats confectionnés avec des produits de l’agriculture biologique. Des assiettes de dégustation ainsi qu’un menu trois services, composé d’œufs au lard confit et coulis de légumes verts, de bœuf basse température, légumes du maraîcher et jus corsé à la Moinette et, au dessert, d’une glace ou crème légère au fromage blanc avec une compote de rhubarbe, seront servis.

Dans une extension du chapiteau, le premier groupement de producteurs bio wallons sera présenté. "Il y a deux ans, l’Unab s’était lancé un défi : unir les agriculteurs bio pour répondre de façon structurée, cohérente et forte, aux marchés croissants avec la volonté de garder la maîtrise des prix", rappelle Dominique Jacques. "Depuis lors, le groupement de producteurs de porcs bio a été reconnu par le gouvernement wallon. Des perspectives d’avenir intéressantes se profilent pour les éleveurs. La création d’autres groupements est à l’étude."