Namur-Luxembourg Sébastian Pirlot assure qu’il ne démissionnera pas, comme à Vresse

Sébastian Pirlot, maire de Chiny, ne pourra confirmer que ce vendredi 14 qu’il n’y aura qu’une liste dans sa commune. Cela ne le surprend pas d’être le seul candidat bourgmestre. "Je crois que nous avons bien travaillé, il y a un consensus et on a une bonne liste."

Cela ne change pas fondamentalement la campagne, des panneaux électoraux seront installés aux endroits habituels en vue des élections provinciales.

Pour les candidats , il y aura forcément une concurrence en interne. D’une part, il s’agit de faire le meilleur score possible pour briguer un mandat au sein du collège. Et d’autre part, cinq candidats (25 %) s’ajouteront à la liste unique afin d’avoir des suppléants.

Quant à savoir si cela est sain pour le débat démocratique, sa réponse est tranchée. "De toute façon, cela n’inquiète que les journalistes. Moi, cela ne me tracasse pas. Je n’ai aucun souci par rapport au fait qu’il n’y ait qu’une seule liste. Nous sommes tout à fait démocrates en ce qui concerne le fonctionnement au sein de notre groupe. Il y a des réunions de majorité où tout le monde a le droit de s’exprimer librement, donc il n’y a pas de souci. Certains journaux aiment les discussions, voire les combats, ici il n’y en aura pas."

Voilà qui est clair : le débat se fera en interne et non en public.

Se référant au cas de Vresse (où deux mandataires ont démissionné en cours de route, sans suppléant), il pointe du doigt l’ancien bourgmestre sans le nommer. "Lorsque des responsables politiques s’engagent avec une liste unique, ils doivent savoir de qui ils s’entourent. Parfois des candidats ne s’entendent pas au départ. En ce qui me concerne, les gens qui sont sur ma liste sont des personnes avec lesquelles j’ai des affinités personnelles. Tous soutiennent le programme communal que nous avons élaboré ensemble. C’est le rôle du bourgmestre de savoir gérer ses colistiers, une question de management des ressources humaines, sinon on risque l’explosion."

Sébastian Pirlot a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat de député fédéral en mai 2019. "Je vais me consacrer à ma commune et à la société de communication que je viens de lancer, www.gameofcoms.eu."