Namur-Luxembourg

Le député Josy Arens vient d’interpeller les ministres régionaux de la santé et de la ruralité, Alda Greoli et René Collin, à propos de l’impact de la réforme de l’aide médicale urgente sur la ruralité.

"Le budget dont dispose la ministre pour remplacer les ambulances agréées devrait être considérablement réduit", déplore le député attertois. "Les ruraux seront défavorisés par rapport au milieu urbain. Il faut tout mettre en œuvre pour que le milieu rural ne souffre pas trop de cette réforme."

L’impact en province de Luxembourg risque d’être très important. En effet, 17 ambulances devraient être agréées au lieu de 33 actuellement, les calculs étant établis sur des moyennes nationales qui désavantagent les zones rurales. La moyenne nationale de la durée d’intervention d’une ambulance est établie à 54 minutes alors que, dans la province, elle est de 1 h 30 minutes.

En milieu rural, les infrastructures hospitalières sont éloignées des habitants et une prise en charge correcte et rapide par l’aide médicale urgente est cruciale. "L’intervalle médical libre sera drastiquement augmenté, mettant à mal la prise en charge du patient dans des délais raisonnables", redoute Josy Arens. "La réduction des vecteurs agréés augmentera cet IML avec un effet domino inévitablement sur les autres services."

Citoyens de seconde zone

Le ministre René Collin affirme qu’il ne doit pas y avoir de citoyens de seconde zone, en particulier dans le domaine de la santé. Il ajoute que diminuer de moitié le nombre d’ambulances est "une atteinte majeure à la possibilité d’intervenir dans des conditions d’efficacité et de rapidité auprès des patients".

Quant à Alda Greoli, il lui "paraît indispensable de rester attentif au respect des standards internationaux en matière d’intervalle médical libre".

Aux côtés de René Collin, elle interpellera la ministre fédérale de la santé sur ces différents aspects, y compris sur la problématique du transport du patient, afin d’articuler au mieux les réformes du transport médicosanitaire et urgent.Nadia Lallemant