Namur-Luxembourg

Les Ecolos guibertins sont prêts à rester au pouvoir mais privilégieront un bon accord


L’arrivée de l’Ecolo Philippe Evrard sur le siège du bourgmestre de Mont-Saint-Guibert constituait assurément une des surprises des élections communales de 2012 en Brabant wallon. A l’heure du bilan, les Verts se montrent plutôt satisfaits du résultat: soulignant qu’ils avaient promis de construire le Mont-Saint-Guibert de demain en envisageant une évolution à 20 voire 30 ans, ils constatent que des plans importants sont finalisés ou en voie de l’être: plan de rénovation urbaine, schéma de structure de Corbais et bientôt d’Hévillers, plan de mobilité… "On a bâti les fondations, la prochaine législature permettra de faire sortir les murs de terre", se réjouit Philippe Evrard. En sachant que ce sera sans lui: pour des raisons personnelles, il a annoncé il y a quelques temps déjà qu’il ne se représenterait pas sur la liste.

C’est donc Marcel Ghigny qui assumera la tête de liste, suivi de l’échevine Catherine Berael puis des conseillers communaux Eric Meirlaen et Christiane Paulus, ainsi que du conseiller de CPAS Michel Minner en cinquième position. Le président du CPAS, Bernard Ghekière, pousse la liste à la 19e place.

On notera qu’à Mont-Saint-Guibert, Ecolo sera la seule liste à se présenter en reprenant le nom d’un parti. Ce qui, pour les Verts, offre les avantages de la clarté vis-à-vis des citoyens, face à d’autres listes qui ont opté pour diverses dénominations maintenant un certain flou sur le paysage politique local.

En ce qui concerne le programme, sous le slogan "Soyons réalistes, osons !", Ecolo veut d’abord finaliser les grands plans mis en oeuvre depuis six ans. Ce qui impliquera des changements en terme de mobilité (avec notamment une piste cyclable vers Louvain-la-Neuve) de politique urbanistique (avec par exemple le retour d’espaces conviviaux)… Les Verts se fixent également comme objectif de réconcilier les Guibertins avec le monde politique communal, par exemple au travers d’un budget participatif.

Ecolo constate qu’en ce qui concerne la majorité, les résultats au soir du 14 octobre sont très imprévisibles. Ils n’ont conclu aucun préaccord et ne ferment la porte à aucune formation. Et si l’espoir est évidemment de faire partie du prochain collège, "garder le maïorat n’est pas un objectif en soi" pour les Verts qui préfèrent un bon accord sur le fond à une distribution avantageuse des postes.