Namur-Luxembourg

Le Cameo nomade est, rappelons-le, la salle créée suite à la fermeture du Cameo 2 en attendant l’ouverture d’un nouveau cinéma dans l’immeuble de la rue des Carmes actuellement en travaux. Installée au Quai 22, centre culturel universitaire, elle programme des fictions et documentaires pendant les week-ends et congés scolaires.

En complément, la Maison de la Culture permet d’offrir au public namurois, deux fois par mois, des séances plus exceptionnelles, soit en avant-première, soit suivies d’un débat ou d’une rencontre.

"L’exploitation de ces deux salles a largement dépassé les attentes : 21 500 entrées pour une prévision initiale - certes prudente - de 10 000 entrées. Ce résultat est plus qu’enthousiasmant à quelques mois de la réouverture des 5 salles au cœur de la ville, prévue à l’automne prochain", se réjouit l’exploitant Les Grignoux.

Seul bémol : les étudiants ne sont toujours pas au rendez-vous. "Déjà à l’époque où je travaillais au Forum puis au Cameo 2, on avait vraiment du mal à faire venir les étudiants au cinéma alors que la programmation était censée leur plaire", note Laurence Hottard, coordinatrice du Cameo nomade. "En fait, c’est plutôt un noyau dur d’habitués des anciennes salles d’art et essai que l’on retrouve au Quai 22. Parfois, lorsqu’on programme un film attendu qui ne passe pas ailleurs, on voit arriver un nouveau public. C’était le cas en fin d’année pour Timbuktu qui a remporté le Bayard d’or au dernier FIFF", se réjouit-elle.

Les séances spéciales qui se déroulent un mercredi sur deux à la maison de la Culture permettent de drainer un public plus nombreux. "Le fait de bénéficier d’une salle de 420 places au lieu de 96 nous permet de programmer d’autres films ou des projections événementielles. On y atteint régulièrement les 300 spectateurs, surtout grâce à des films de société et en collaboration avec des associations namuroises", précise Laurence Hottard.

Des séances spéciales

Prochaines séances spéciales ? Le 14/1 avec le documentaire "National Gallery" sur le prestigieux musée londonien. Le mercredi 28/1 avec le documentaire belge "La Nef des fous" sur l’aile psychiatrique de la prison de Forest qui sera suivi d’une rencontre avec les réalisateurs, le directeur de la prison de Namur et, sous réserve, un ancien détenu et un gardien qui apparaissent dans le film.