Namur-Luxembourg Il s’agit de mettre sur pied un accueil de jour rue Saint-Nicolas pour l’hiver prochain.

La nouvelle se murmure depuis plusieurs semaines, l’échevine de la Cohésion sociale de Namur nous l’a confirmé. Mais on n’ose pas le dire trop fort, par superstition sans doute : l’abri de nuit que réclament les SDF et le secteur associatif namurois depuis des années va bientôt être créé à Namur.

Robert Bourgeois de l’ASBL Éduc’action et dignité (Noël Solidaire notamment) a trouvé un mécène pour le financer. Le local est trouvé et il reste une convention à signer et 5 mois de travaux à réaliser pour qu’il puisse ouvrir ses portes avant l’hiver prochain.

"Depuis le 10 janvier, on sait que les fonds nécessaires pour assurer le loyer pendant 5 ans, les travaux, ainsi que l’engagement de 4 personnes temps-plein sont assurés. Il reste encore à signer la convention avec le CPAS pour pouvoir lancer les travaux", s’enthousiasme Robert Bourgeois qui a trouvé le local idéal rue Saint-Nicolas, à deux maisons de ses bureaux au Cinex.

"Le projet 78 tient son nom du fait que le local se trouve au 78 rue Saint-Nicolas. Le local est vide depuis longtemps et accueillait auparavant une entreprise de formation par le travail qui réparait des vélos. Il s’agira d’un accueil de jour pouvant accueillir 40 personnes, des sans-abri, mais aussi des habitants du quartier qui souhaiteraient jouer aux cartes", explique le président de l’ASBL Éduc’action et dignité, qui respecte le souhait de discrétion du mécène et la somme engagée. Mais si on additionne le montant du loyer, des travaux et des salaires, le tout sur 5 années de fonctionnement, on approche la somme d’un million d’euros pour ce beau projet !

Cela ne veut pas dire qu’il ne faudra pas compter sur des bénévoles et autres soutiens financiers. "Quatre éducateurs et assistants sociaux, ce n’est pas assez pour encadrer 40 personnes. On aura besoin du soutien des dizaines d’associations qui constituent le Relais Social et on devra trouver quelques soutiens supplémentaires." L’ASBL, même si elle n’est pas politisée, pourra compter sur les bénéfices du souper organisé par Eliane Tillieux. Et on ne doute pas que la Ville de Namur contribuera un peu à cette providence qui lui apporte la mise de départ d’un projet ambitieux.