Namur-Luxembourg

Plusieurs ambulances, une équipe d’urgentistes et plusieurs équipes de policiers ont convergé vers Omezée lundi vers 10h30. En cause, des élèves qui se plaignaient de maux de tête, de nausées, et même de vomissements suite au travail d’un agriculteur dans le champ voisin de la cour de récréation. Il pulvérisait un produit encore non déterminé pour l’instant, mais les enfants le décrivent "comme un nuage un peu jaune et qui pue".

Divers maux

Dans un premier temps, le directeur de l’école d’enseignement spécialisé, Paul Leurquin, a fait rentrer tout le monde dans les classes. Il a alors averti la police, pour leur demander de "sermonner" l’agriculteur puisque rien de grave ne s’était produit. Mais quelques enfants ont commencé à se sentir mal, ainsi que l’un ou l’autre adulte.

L’appel aux secouristes est alors lancé. "Vu le nombre de personnes impliquées, nous avons mis en pré-alerte le plan communal d’urgence, mais une fois que le médecin a examiné les personnes qui se plaignaient, il a levé cette urgence", explique-t-on sur place.

Une quinzaine d’enfants, ceux qui se plaignaient de divers maux, ont été emmenés en ambulance vers Dinant, ainsi que quelques adultes. La trentaine restante a été emmenée par le bus communal vers Charleroi pour y passer quelques tests.

Dès que l’information s’est répandue, les critiques vis-à-vis de cet agriculteur, de Stave, n’ont pas été tendres. Il est vrai qu’il aurait pu ne pas passer à proximité de la cour de l’école avec son pulvérisateur alors que les enfants y jouaient. Quant au produit utilisé, les policiers se sont chargés de récupérer les bidons pour en déterminer la toxicité. Un riverain explique que l’agriculteur aurait même mélangé plusieurs produits, pour ne traiter son champ qu’une seule fois.