Namur-Luxembourg Petit nouveau en politique, il sera le seul adversaire de Christophe Bastin

Rendre l’envie d’aller voter aux Walhérois et permettre la mise en place de débats à Onhaye. Voila ce qui a poussé Julien Barreau à constituer une liste (Énergies citoyennes) voici plus d’un an pour le 14 octobre prochain.

Depuis, le jeune homme de 24 ans à franchi les étapes et est passé de "petit nouveau inexpérimenté" à quelqu’un de totalement impliqué dans la politique communale. "Quand j’ai lancé ce projet il y a 13 ou 14 mois, je ne pensais pas que ça aboutirait à quelque chose de si concret. Maintenant, je me suis pris au jeu", explique Julien Barreau.

Une fois la liste constituée et le programme établi, ce dernier a en effet enchaîné les événements pour se faire connaître et mettre en avant les idées qu’il défend. Au fil des rencontres, cet étudiant en sciences politiques (NdlR : il ne lui reste qu’à finaliser son mémoire) n’a cessé de grandir. Et a appris à accepter les retours positifs et négatifs. "Depuis le mois de mai, quelque chose s’est créé. C’est du non-stop, avec les apéros, les conversations citoyennes et maintenant le porte-à-porte qu’on est en train de faire. Ça, c’est ce que je préfère. C’est même devenu une obsession. Certains n’ouvrent pas car ils ne comptent pas changer leur vote, mais ça représente 5 % des gens."

À 24 ans, Julien Barreau se retrouve face à beaucoup de nouveautés, liées à la fois au travail administratif que requiert une participation aux élections mais aussi à la campagne électorale (interviews, débats, rencontre, décision à prendre en tant que tête de listes, etc.). Des tâches auxquelles le natif de Gérin a pris goût. Pas de raison donc de trembler à l’idée de se retrouver face à Christophe Bastin lors du débat électoral qui sera diffusé sur MaTélé le 27 septembre. "Je n’ai jamais débattu avec un sénateur-bourgmestre de 50 ans mais je me sens prêt. Notre projet est suffisamment complet et solide pour ça. Les relations avec la presse, ça me plaît. Je commence à bien avoir le contact."

Et il avoue qu’il a "peur de s’ennuyer" après le 14 octobre.