Namur-Luxembourg

Les violences invisibles ou morales sont très insidieuses car elles s'imposent petit à petit, comme un gaz inodore et incolore. Ca commence tout doucement, c'est comme un cocon qui est tissé autour de vous et où vous êtes emprisonné. Vous n'existez plus."

Ces quelques mots sont tirés d'une conversation d'une séquence filmée d'un DVD créé par le département des Affaires sociales, en charge du député provincial Jean-Marie Carrier, avec l'appui de l'Institut pour l'égalité des chances et le ministère de la Communauté française.

Ce DVD, récemment présenté à la presse, à Arlon, avec la farde pédagogique qui l'accompagne, est un outil de sensibilisation et de prévention à l'intention des jeunes, sur les violences invisibles ou morales.

Car si la violence dans le couple est une réalité trop tristement connue, on oublie souvent qu'elle s'insinue dès les premières relations amoureuses.

L'origine de ce projet "Marques d'amour - Quand les relations amoureuses dérapent" fait suite à une enquête réalisée par les deux services d'AMO (aide en milieu ouvert) provinciales de Bastogne et d'Arlon, en 2005. Cette enquête a permis de révéler un constat édifiant : les jeunes n'ont pas conscience des violences invisibles qui peuvent se développer au sein de leur couple. Des violences telles que - parmi tant d'autres - le contrôle du GSM, de l'apparence physique, les menaces et le chantage affectif, la jalousie ou encore l'humiliation.

Or, dans cette enquête, il est apparu qu'un jeune sur dix vit de tels comportements. Et l'on sait que la violence est présente chez un adulte sur cinq...

Attirer l'attention

"D'où la nécessité d'attirer l'attention des jeunes sur les petites choses qui peuvent passer inaperçues et qui, pourtant, sous-tendent déjà un comportement de violence, de domination de l'un(e) vis-à-vis de l'autre", explique Jean-Marie Carrier.

Le résultat, obtenu aussi avec l'aide de trois AMO, de jeunes acteurs, de SOS Viol Luxembourg, et d'autres associations et organismes, est un DVD, outil qui correspond à un canal de communication efficace auprès des jeunes. Ce DVD reprend quatre saynètes parfaitement représentatives - et imaginées par des jeunes - de cette violence invisible et insidieuse, un témoignage et les explications d'une experte du planning familial d'Arlon.

"Au départ, il s'agit le plus souvent de petites insinuations acceptées au nom de l'amour", explique la personne qui témoigne. "Mais aimer quelqu'un, ce n'est pas oublier sa propre personnalité. Aimer, c'est accepter l'autre avec sa personnalité. L'amour, c'est accepter que l'autre aie une liberté et sa personnalité. Il ne faut pas laisser s'installer l'enfermement. J'ai réalisé trop tard que j'étais dans un rapport de violence et de culpabilisation. Avec le recul, il y a énormément de choses dont j'aurais dû me rendre compte. Il ne s'agit pas du tout seulement de violence physique. Il y a toute la violence morale et des mots qui font plus mal que les coups. J'étais comme un paillasson."

Ces propos repris dans le témoignage suffisent à indiquer combien la sensibilisation est nécessaire.

Cet outil, avec la brochure carnet de ressources en quatre chapitres est destiné à toutes les personnes (animateurs de mouvements de jeunesse, de maisons de jeunes, etc) qui souhaitent créer une réflexion sur cette problématique. Des services de première ligne, donc, qui peuvent amener les jeunes vers les associations concernées. "Parce qu'il est important de travailler localement et sans poser de jugement; la prévention se fait de manière globale, mais les réponses aux questions de chaque cas doivent être individuelles", souligne un animateur d'AMO.

Renseignements : Département des Affaires sociales et hospitalières de la Province de Luxembourg, square Albert Ier 1, 6700 Arlon. Tél. : 063.21.27.47 Web dash@province.luxembourg.be