Namur-Luxembourg L’UCM Lux réclame la mise en place d’un observatoire du commerce transfrontalier.

Le développement de nouveaux m2 commerciaux dans la région transfrontalière, en particulier au Grand-Duché, inquiète l’UCM Luxembourg. Selon Philippe Ledent, vice-président exécutif, au sud de la province de Luxembourg, le commerce est en danger. "La fin du moratoire sur les surfaces commerciales du côté grand-ducal a vu jaillir des m² commerciaux supplémentaires par centaine de milliers, souligne-t-il. Le Luxembourg vient d’ailleurs de dépasser le million de mètres carrés de surfaces commerciales. Et d’ici cinq ans, ce chiffre devrait augmenter de 25. Avec un nombre croissant de travailleurs frontaliers qui traversent chaque jour la frontière, le pouvoir d’achat des Lorrains mais aussi des Belges s’enfuit encore davantage vers le Grand-Duché."

La concurrence est rude

Pour l’UCM Lux, la stratégie commerciale des Luxembourgeois a un impact négatif sur les commerçants français et belges installés près de la frontière. La concurrence est rude dans l’espace transfrontalier entre les territoires et aujourd’hui le gagnant est le Grand-Duché. "Le Luxembourg a réussi à capter le pouvoir d’achat des frontaliers, poursuit-il. La gamme plus élevée des enseignes, la formation plus pointue des vendeurs et des amplitudes d’ouverture plus souples donnent des arguments aux acteurs du commerce."

Dans notre province, le commerce représente près de 3 000 points de vente, une surface totale de près de 600 000 m² et 13 000 emplois. On compte 210 m² par 100 habitants, alors que la moyenne belge se situe à 150 m².

Réguler le commerce transfrontalier

Dans le sud, le nombre de m² commerciaux par 100 habitants dépasse les 500. A Libramont, les 750 m2 sont dépassés. Dans le même temps, les cellules vides augmentent de manière considérable, soit +12 % en deux ans. L’UCM Lux va adresser un courrier aux instances du commerce de la Grande Région afin d’étudier la mise en place d’un observatoire du commerce transfrontalier. L’UCM demande également des mesures urgentes de soutien aux commerçants de détail, comme la suppression totale des taxes dans les centres-villes et des aides à la transformation numérique.