Namur-Luxembourg

Les frontières nationales ne peuvent constituer un obstacle à l’aide rapide et adéquate à la population par les services d’incendie et de secours. Certaines zones seraient, par exemple, mieux couvertes en délai d’intervention par un service provenant de l’autre côté de la frontière. D’où l’idée de créer un regroupement des services de secours de la Grande Région.

Différents projets

"Une rencontre sur cette thématique vient d’avoir lieu au cabinet du gouverneur", précise Stéphane Thiry, commandant de la zone de secours Luxembourg. "Ce regroupement pourrait être créé en collaboration avec le Luxembourg, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle et certains territoires allemands." Le commandant de zone précise que le financement serait assuré dans le cadre d’un projet Interreg. "Cette collaboration n’est pas envisagée uniquement pour les grandes interventions qui nécessitent la mobilisation de moyens humains et matériels importants. Elle pourrait être mise en place au quotidien afin d’appliquer le principe d’aide adéquate la plus rapide."

Pour l’heure, la zone de secours Luxembourg réfléchit à différents projets concrets qui pourraient être intégrés à la démarche. "Le collège de la zone doit se positionner pour la fin mars. La deuxième étape est prévue en septembre ou octobre. Nous saurons à cette date si notre projet est retenu."

De l’ambition

Cette coordination transfrontalière des moyens de secours devrait apporter une réponse opérationnelle adéquate sur le risque quotidien et particulier en faveur d’une action équivalente en temps et en qualité de chaque côté de la frontière. La communication entre les services de secours belge, luxembourgeois, français et allemand s’en trouverait améliorée.

En parallèle, des formations transfrontalières devraient être proposées aux différents intervenants. Celles-ci pourraient, par exemple, être organisées à l’école du feu à Bastogne. "Ce projet est très motivant pour nos services. Nous devons être ambitieux pour l’avenir", conclut Stéphane Thiry.