Namur-Luxembourg Selon Infrabel, les dégâts liés aux inondations se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d’euros.

A la suite des inondations du 1er juin, les travaux de remise en état des routes et de la voie ferrée se poursuivent dans la commune de Vielsalm.

Sur la ligne 42 Gouvy-Vielsalm, les dégâts les plus importants ont été constatés à hauteur du passage à niveau de Salmchâteau. Selon Infrabel, ils se chiffrent dans la région à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Depuis vendredi, une équipe d’Infrabel, composée d’une dizaine d’agents, travaille sans relâche pour remettre en service la ligne ferroviaire. Si la première voie a pu rouvrir assez rapidement, jeudi, la deuxième voie n’était toujours pas utilisable. Le passage à niveau a été coupé pendant deux jours. Une déviation a été mise en place, via une voirie secondaire, vers le village de Bêche. "Le passage à niveau a été entièrement inondé, rappelle Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. Quand l’eau s’est retirée, il a fallu enlever la boue qui recouvrait les voies. Une partie du ballast a été emportée par l’eau et s’est retrouvée en contrebas. Un apport de ballast a été nécessaire pour sécuriser les voies."

Le mur de soutènement, qui s’était écroulé à l’arrière de la maison d’Yvonne Nizette, provoquant une importante entrée d’eau dans l’habitation de la septuagénaire, a été réparé le week-end dernier. Si tout se déroule comme prévu, les travaux effectués sur environ 300 mètres de ligne ferroviaire seront terminés ce vendredi après-midi. La deuxième voie pourra alors être remise en service.

Frédéric Sacré annonce un retour à la normale vendredi en fin de journée. "Ces premiers travaux ont été réalisés pour que la circulation des travaux reprenne, sans tarder, sur les deux voies, conclut-il. D’autres travaux seront nécessaires pour assainir complètement la zone touchée par l’inondation. Le passage à niveau sera à nouveau coupé. La date d’ouverture du chantier n’a pas encore été fixée. Dès qu’elle sera connue, les riverains en seront informés." Nadia Lallemant