Namur-Luxembourg MARCHE-EN-FAMENNE

Après le politique, le citoyen. La mobilisation s’amplifie, pour défendre les intérêts de la ligne 43. Une ligne historique, le long de l’Ourthe : elle emmène les navetteurs de Liège à Marloie, en passant par plusieurs localités liégeoises et luxembourgeoises (Bomal, Melreux ). Seulement voilà, le plan d’investissements 2013-2025 de la SNCB ne lui réserve pas un bel avenir.

Pire, la société de gestion des chemins de fer pourrait ne plus consacrer le budget nécessaire à son maintien. La liaison est reprise dans la catégorie des lignes C, là où un abandon de la ligne est prévu à court terme.

Plusieurs élus des communes traversées par la ligne de train ont déjà réagi. Le bourgmestre de Durbuy s’inquiète des intentions de la SNCB. "Cette liaison est trop importante pour toute une série de personnes", indique Philippe Bontemps (CDH).

Aujourd’hui, un collectif de citoyens prend le relais, via un navetteur. Un Collectif contre la suppression de la ligne 43 se met ainsi sur pied et a déjà une page sur Facebook. L’initiative a très vite réuni plus de 200 membres. Les motivations et les remarques sont identiques : la 43 ne peut pas disparaître.

Tous se retrouvent derrière un argument, à savoir que la ruralité a besoin de ce type de moyen de transport. Et puis, il sert à plusieurs catégories de voyageurs. Les étudiants se rendent à Liège et d’autres viennent à l’école à Marche-en-Famenne. Il y a les navetteurs, bien sûr, en direction de Liège, et d’autres qui gagnent Namur, via Jemelle.

Enfin, durant la saison estivale, les touristes sont nombreux à l’emprunter, pour se rendre dans les villes touristiques du Luxembourg et l’Ardenne.

D’aucuns dénoncent par ailleurs la vétusté du matériel roulant. Aux heures de pointe, les gens s’entassent "dans des wagons dignes des musées de la préhistoire", pour reprendre l’expression d’un défenseur de la ligne 43.