Namur-Luxembourg Celui-ci met davantage d’espace à disposition des policiers et des Namurois qui font appel à eux.

Quand on travaille pour la police et qu’on va au théâtre, ce n’est pas toujours pour voir un spectacle, mais bien pour se rendre à l’hôtel de police Namur Capitale, comme on l’a renommé après l’énorme rénovation dont il a fait l’objet. Non pas en regard du standing de ses cellules, mais parce qu’avec ses 420 membres du personnel sur 3 280 mètres carrés, ça en fait des bureaux et salles diverses.

Inauguré ce mardi midi en présence du Premier ministre Charles Michel, le commissariat est en activité depuis le mois de décembre. Une récompense pour les travailleurs qui ont vécu, en deux ans, "un déménagement, la rénovation de la première moitié, un autre déménagement, la rénovation de la deuxième moitié, un déménagement suivi d’un rafraîchissement et enfin le déménagement définitif", énumère non sans humour le chef de corps Olivier Libois.

Lequel a gentiment ironisé sur les législations ayant changé pendant la rénovation, comme la taille des cellules ou les façades pare-balles post-attentats.

Environnement de travail plus avenant

"Ces travaux ont pris huit ans entre la conception et la réalisation", se souvient l’échevin des Bâtiments publics Tanguy Auspert. "Mais nous y voilà avec 20 bureaux supplémentaires, 25 %´de surface supplémentaires grâce à une toiture plate et à la division de l’ancienne salle de gymnastique", pour un budget total de près de 6,4 millions d’euros, modifications au cahier de charges incluses.

En plus de procurer un environnement de travail plus adapté en confortable aux travailleurs avec une véritable cafétéria, une salle de sport (partiellement équipée sur leurs deniers), des vestiaires avec douches et sanitaires, un local d’allaitement, les locaux ainsi rénovés permettent d’être mieux au travail. "On a davantage de salles d’audition" (pour les plaignants, témoins et suspects, NdlR), se réjouit l’équipe Police Secours. "On perd moins de temps avec des salles de confidentialité dans tous les services" (pour les détenus/avocats, NdlR), explique cette enquêtrice du 4e devant sans arrêt descendre au premier, vers des locaux plus ergonomiques et mieux pensés.

Meilleur accès

Le citoyen, dans ses contacts avec l’hôtel de police, ne manquera pas de remarquer une nette amélioration à travers l’accès aux personnes à mobilité réduite du rez-de-chaussée et des étages, ainsi que davantage d’intimité lorsqu’il vient déposer une plainte. Et un accueil sécurisé et filmé 24 heures sur 24, 365 jours de l’année.