Namur-Luxembourg

La troupe du Théâtre royal des Forges (TRF), de Habay a fait de son 65e anniversaire un véritable feu d’artifice, avec trois spectacles en un an. Le bouquet final va ravir les spectateurs, avec la pièce "La Cagnotte", de Eugène Labiche.

"Nous voulions terminer cette année anniversaire de manière festive en impliquant le plus possible de comédiens et notre metteur en scène, Fabrice Schillaci, nous a de suite proposé "La Cagnotte", explique Richard Clément, l’un des acteurs de cette troupe au travail récompensé par de nombreux prix. "Parce que La Cagnotte figure assurément parmi les principales œuvres de cet auteur qu’il ne faut plus présenter tant il est célèbre."

"La Cagnotte", ce sont cinq actes tout entiers consacrés aux pérégrinations vaudevillesques de quelques notables ruraux bien ancrés dans leurs terres, à seulement soixante kilomètres de Paris. Attachés à leurs biens, leurs terres et à leurs vertus, ils ne sont toutefois pas sans vices. Un beau jour, ils cassent la cagnotte amassée au gré de leurs séances de jeu de cartes et décident de partir en train pour profiter joyeusement d’une journée de la vie parisienne.

Sauf que, déjà que certains n’y vont que parce qu’ils n’ont guère le choix, rien ne va bien sûr se passer comme prévu. Une malicieuse fatalité va dès le départ contrecarrer les plans de ce petit groupe de nantis, et la journée de se terminer en cauchemar éveillé, en enchaînant méprises, quiproquos et course-poursuite.

"Labiche, comme Feydeau, a le talent de peindre des personnages au caractère universel, qui traversent les siècles et peuvent être dépoussiérés en retrouvant un superbe éclat", ajoute Richard Clément. Ainsi la pièce, centrée sur les préoccupations matérielles de cette petite bourgeoisie du XIXe siècle, prend-elle "des allures modernes de comédie farcesque". "Situations absurdes et rocambolesques, vivacité des dialogues, ingrédients du comique savamment dosés placent le spectateur au cœur de toutes les méprises, dans une situation privilégiée qui lui permet de regarder le spectacle comme des enfants devant une représentation de Guignol."

Chaque acte amène le spectateur à découvrir des atmosphères totalement différentes, dans le "chez eux" de ces notables, dans un restaurant, dans un commissariat, dans un endroit "louche" puis sur le pavé parisien.

Le festif ainsi mis en scène est en effet l’un des multiples talents de Fabrice Schillaci qui, pour le moment, connaît en tant qu’acteur un superbe succès, sur les planches du Théâtre du Rond-Point, à Paris, où il joue dans "René l’énervé", de Jean-Michel Ribes. Le metteur en scène - que l’on a pu aussi déjà voir au cinéma aussi bien en tant qu’acteur que réalisateur - s’est, pour le TRF, fait assister de Margaux Oudinet, qui compte parmi les organisateurs du Festival international des arts du Pont d’Oye, à Habay également.

"Fabrice a l’art de faire travailler l’imaginaire des spectateurs sans s’encombrer de grands décors, mais avec un soutien important en bruitages et lumières", ajoute Richard Clément. "De plus, comme il connaît bien la troupe puisque ce n’est pas la première fois qu’il nous met en scène, il en tire le meilleur."

Le spectacle sera joué les 25 et 26 novembre, et 2 et 3 décembre à 20h15, ainsi que le 4 décembre à 16h, avant de partir en tournée.

Et pour fêter comme il convient cet anniversaire, la troupe a décidé d’offrir le spectacle à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont un jour participé à son histoire. Il leur suffit de se manifester.

Informations et réservations : Tél. : 0478.65.80.44 ou via le site Internet www.theatre-royal-des-forges.be