Namur-Luxembourg Elle devrait recevoir son ordre de quitter le territoire prochainement.

L’école communale de Pondrôme est en effervescence depuis lundi après-midi. Aëlle Bekono, une élève de la classe de 6e primaire âgée de 11 ans qui se prépare à passer son CEB, par ailleurs membre du conseil des enfants de la commune de Beauraing, a appris que sa maman allait recevoir un ordre de quitter le territoire tout prochainement.

Sensibilisation

Mireille Ntse AKono, originaire du Cameroun, où elle a fui un mariage forcé, est installée en Belgique depuis le mois de juillet 2009 avec sa fille Aëlle. La famille, qui réside au centre Fédasil, est bien intégrée et appréciée pour sa gentillesse et sa disponibilité. Aëlle est scolarisée depuis son arrivée à Beauraing il y a neuf ans. "Mireille Ntse Akono a été mise au courant, ce lundi 5 mars 2018, de la fin de sa procédure d’asile et va recevoir, dans les prochains jours, un ordre de quitter le territoire vers le Cameroun", indique l’équipe pédagogique de l’école sur Facebook.

"Nous sommes choqués par la situation, bouleversés", explique Sophie De Win, directrice de l’implantation. "Ce sont vraiment des gens en or. D’abord, tout le monde était en état de choc, puis nous avons pris le temps de la réflexion, pour faire au mieux. Nous en avons parlé en classe et les élèves qui le souhaitaient ont pu mettre sur papier leur tristesse ou leur colère. Beaucoup ne comprennent pas. Aëlle a soif d’apprendre et pour elle son pays, c’est la Belgique, car elle ne connaît pas le Cameroun. Elle est angoissée car elle voulait devenir vétérinaire, elle veut aller à l’école."

L’école a écrit un courrier à Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant, alors que le bourgmestre Marc Lejeune a pour sa part sensibilisé Theo Francken à cette situation.


>>> Infos et lien vers la pétition : https ://www.facebook.com/EcoleCommunaledePondrome/