Namur-Luxembourg

Lundi soir avait lieu le conseil communal de Sambreville durant lequel le collège a exposé sa politique spécifique de logement.

La volonté du collège communal est de diversifier au maximum les types de logements disponibles ou accessibles sur le territoire sambrevillois en veillant plus spécifiquement à lutter contre l'inoccupation et l'insalubrité des logements.

Dix objectifs

Le collège s'est fixé 10 objectifs pour répondre aux besoins de logement, développer une urbanisation harmonieuse et attractive de son territoire et offrir des logements adaptés, durables, fonctionnels et accessibles. Il entend développer des programmes d'actions bisannuels réalistes, dynamiser toute la filière du logement, du social au résidentiel, assurer la mixité sociale et encourager l'accès à la propriété.

Régie foncière

Une régie foncière sera créée, le logement spécifique sera développé et la commune offrira une prime pour inciter un propriétaire à (re)verser son logement dans le circuit social locatif. Le collège veut également lutter contre l'inoccupation et l'insalubrité de logements de chancres urbains et encourager un habitat de haute qualité environnementale.

Ecolo a soulevé la question de la motion de méfiance constructive à l'égard de l'échevin Vincent Maniscalco, annulée le 14 mai dernier par le Conseil d'Etat. La commune n'envisage pas de dédommager l'échevin.

Le bourgmestre Luperto a indiqué qu'il s'agissait "d'une fiction juridique". "Le traitement d'un échevin est la contrepartie des prestations effectuées en cette qualité. N'ayant effectué aucune prestation, Monsieur Maniscalco ne peut prétendre au paiement des traitements. En ce qui concerne d'éventuels dommages et intérêts, leur paiement requiert la démonstration d'une faute, d'un dommage et d'un lien de causalité entre la faute et le dommage. Mais pour l'heure, le collège communal entend s'en tenir à sa position de non-dédommagement."