Namur-Luxembourg Un incendie a ravagé une maison, samedi. Seuls deux pompiers étaient présents à Couvin.

Samedi dernier vers 15 h, un important incendie s’est déclaré dans une habitation de la rue de la Chapelle à Vierves-sur-Viroin. Les pompiers de Couvin, Philippeville et Haybes (France) se sont rendus sur place. Le feu menaçait les maisons voisines.

"Quand ils sont arrivés, ils ont dû faire un choix. Pour la nôtre, celle dans laquelle j’ai grandi, il était trop tard. Ils ont par contre réussi à limiter les dégâts puisqu’une maison voisine a uniquement des dégâts au toit, la troisième a été épargnée", commente la propriétaire de la maison Lili Brisbois.

Reconnaissante envers les pompiers, Lili Brisbois est pas contre amère envers le ministre de l’intérieur Jan Jambon à qui elle compte s’adresser. "Pour le remercier de mettre la vie des citoyens en danger", précise-t-elle.

Lorsque l’appel aux pompiers a été donné, seulement deux hommes étaient disponibles à la caserne de Couvin. "C’est aberrant de voir que ce sont des pompiers français qui doivent combler les manques. Lorsqu’ils sont arrivés, ils ont voulu tirer un tuyau jusqu’au Viroin mais il manquait un mètre alors qu’il y avait une bouche incendie à proximité du camion. Ils ne connaissent pas le système belge."

Contacté, le lieutenant couvinois Piet Van Trimpont confirme que le manque de personnel est un réel souci. "Normalement, on a six pompiers professionnels en semaine à Couvin. Quand c’est les vacances, il arrive qu’il n’y en ait qu’un seul, voire pas du tout. Quant à la collaboration avec les services français, elle est normalement au point même si leur protocole d’attaque d’incendie n’est pas le même. S’il y a eu un souci avec eux samedi, c’était un incident."

Loin de pointer du doigt les pompiers français, Lili Brisbois a par ailleurs souhaité rendre un hommage aux hommes intervenus sur place. "Malgré les tensions, les circonstances et les riverains à gérer en plus de l’incendie, ils ont fait preuve de sang-froid, de professionnalisme et d’empathie. Ils ont prouvé qu’ils affronteraient jusqu’au bout ces flammes et qu’elles n’emporteraient pas avec elles ce bloc de trois maisons."