Namur-Luxembourg Il y a un peu plus d’un an, Aline ne savait pas pour qui voter

Aline Martens a 22 ans. Elle est la tête de liste pour Oxygène-Autrement à Walcourt pour les élections communales et seconde candidate pour la province. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, elle ne savait pas encore pour qui elle allait voter.

"J’ai toujours eu l’impression que la politique c’était quelque chose de lointain et que les partis en place ne s’occupaient pas beaucoup des jeunes. Je ne savais pas pour qui voter et j’en ai parlé autour de moi." Peu à peu, elle s’est construite une opinion mais pas vraiment flatteuse : "Le monde politique manque totalement de transparence et connait beaucoup de conflits. On parle aussi de beaucoup de magouilles dans les médias, pas de quoi être rassurée."

Notre interlocutrice, au cours de ses recherches, a rencontré des militants du mouvement Oxygène et a été rapidement séduite par leur projet. "On est vraiment partis d’une page blanche et j’ai participé à un tas de réunions, on a abordé tous les sujets possibles et imaginables qui concernaient la vie communale. Enfin, j’avais l’impression que mon avis comptait."

Son investissement l’amène naturellement à prendre le leadership au niveau de sa ville de Walcourt. Une position qui génère évidemment un certain stress mais qui est pour elle une reconnaissance du travail accompli. En plus, elle estime qu’avoir une jeune femme pour conduire la liste est symbolique du projet mené… même si ça fait peur à certains.

Pourtant, Aline n’est déjà plus une novice : elle assiste aux réunions du conseil communal et suit les dossiers qui y sont soumis. Et elle a de l’ambition pour sa liste : "Nous sommes bien coachés notamment par Laurent Leclercq du groupe Autrement. Nous espérons emporter cinq sièges et participer à la majorité pour faire changer les mentalités grâce à un programme moderne, réalisable et efficace, véritablement tourné vers les citoyens."

Et si malgré tout Aline n’est pas élue ? "Je ne serai pas déçue. J’aurai appris déjà beaucoup de choses, j’aurai pris de l’expérience et je resterai de toute façon dans le mouvement. Des jeunes de 16-17 ans frappent déjà à la porte d’Oxygène, c’est motivant et il y a du pain sur la planche !"