Wallos : la police veille

Interview : J. Dx Publié le - Mis à jour le

Namur-Luxembourg

Si vous comptiez vendre du peket à la dérobée aux Fêtes de Wallonie pour vous mettre un peu d’argent en poche, abandonnez l’idée ! L’inspecteur principal de la section Lois spéciales de la police de Namur, Thierry Denil, et son équipe veilleront au grain lors des festivités. Rencontre.

En quoi consiste la section Lois spéciales ?

Cela concerne toutes les infractions à caractère commercial et social, les contrefaçons, les jeux de hasard, la problématique des étrangers, les mariages blancs Tout ce qui n’est pas dans les autres sections. Le parquet nous confie des enquêtes, l’Onem peut par exemple nous demander de contrôler des travailleurs sur un chantier. On procède aussi à des contrôles avec l’Afsca C’est varié !

Quelle sera votre mission aux Fêtes de Wallonie ?

Une mission d’observation et de contrôle. Nous devons notamment faire respecter l’arrêté communal sur les bouteilles en verre, interdites sur la voie publique, l’interdiction de vendre du tabac et de l’alcool au moins de 16 ans ou de faire du commerce sans autorisation

Ce ne sont pas les anecdotes qui manquent…

Il y a deux ans, on a contrôlé en 45 minutes deux fois le même établissement, rue de Bruxelles, qui vendait sans vergogne de l’alcool aux moins de 16 ans. Il a dû fermer toute la durée des festivités. Il y a aussi beaucoup de commerçants ambulants non autorisés. Des personnes qui se mettent à un coin de rue pour vendre du peket à la sauvette, sans autorisation de la ville et sans registre de commerce. Ou ceux qui vendent des chapeaux, des lunettes ou des tétines lumineuses alors qu’ils sont sans titre de séjour et qu’ils ne peuvent donc pas travailler sur le territoire. Dernièrement, on a aussi saisi des copies de parfums sur le marché. Contrefaçon, vendeur en séjour illégal, pas de registre de commerce : trois infractions en une fois.

Vous patrouillez en civil ?

Oui. On est quatre inspecteurs dans notre section. Comme on travaille sur le terrain, on ne souhaite pas être reconnus et pris en photo.

Qu’appréciez-vous dans votre métier ?

Le contact avec les gens, la diversité des matières, et le fait de travailler à la fois au bureau et sur le terrain.

Publicité clickBoxBanner