Woodscout, clap 9e !

N. Dz Publié le - Mis à jour le

Namur-Luxembourg

Les uns plient bagage. Les autres déboulent avec leur sac. Un petit air de transhumance flotte, mardi en fin de matinée, sur une plaine à l’écart de Hotton. Ils étaient encore 1 600, il y a quelques heures. Des scouts et des guides de toute la partie francophone du pays ont participé au premier jour de Woodscout. Le rendez-vous incontournable des mouvements de jeunesse.

Cette fois, la journée est réservée aux louveteaux. Ils sont plus de 1000. L’événement se veut à la fois ludique et pédagogique. Les jeunes passent d’un monde à l’autre, avec des noms évocateurs, comme Spartiates, Labysens, Intellos

"Il y a un mélange entre les patrouilles. L’objectif est de voir les gens se rencontrer, avec la mise en valeur du groupe. Nous voulons retrouver certaines valeurs du scoutisme", indique Sébastien Vandersteen, responsable des relations extérieures. Les différentes patrouilles sont amenées par des navettes, dans un rayon de 50 kilomètres.

Avec les autres guides de la 51e GCB de Bruxelles, Aelig Techer s’apprête à regagner son camp de Fays-les-Veneurs. "Cela fait du bien de couper la période de camp", souligne-t-elle. "Nous avons passé une belle journée, avec beaucoup d’activités."

Histoire de détendre l’atmosphère, en soirée, un concert se déroule sur la scène en bas de la plaine. Les unités passent aussi, si elles le souhaitent, par un petit concours. "Les jeunes sont vraiment détendus et nous avons mis sur pied un flash mob, pour ajouter encore un côté festif", indique Sébastien Vandersteen.

Les louveteaux se plongent également dans l’ambiance très rapidement. "C’est très chouette", souffle l’un d’eux, foulard au cou, en train de participer à un baby foot géant. Le soleil, lui, tape dur. Autant dire qu’il y a la file, sur le toboggan construit pour plonger les plus téméraires dans une grande bassine d’eau.

Publicité clickBoxBanner