Alberto Contador remporte la Vuelta

AFP Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

L'Espagnol Alberto Contador (Saxo-Bank) a renoué avec la victoire un mois seulement après son retour de suspension en remportant dimanche le Tour d'Espagne 2012, à l'issue de la 21e et dernière étape de cette Vuelta entre Cercedilla et Madrid (115 km).

Contador, 29 ans, avait été puni d'une suspension de deux ans en partie rétroactive pour un contrôle antidopage positif au clenbutérol sur le Tour de France 2010, qui l'avait écarté durant six mois de toute compétition depuis février dernier.

A peine de retour, le double vainqueur du Tour de France (2007 et 2009) regarnit ainsi un palmarès qui s'était vu amputé du Tour de France 2010 et du Giro 2011 pour ce contrôle positif.

L'Allemand de 23 ans John Degenkolb (Argos-Shimano) s'est adjugé lui un cinquième succès sur cette édition, comme Petacchi en 2005, en dominant le sprint à Madrid, sans toutefois s'emparer du maillot vert.

La Vuelta 2012, caractérisée par un tracé particulièrement montagneux, aura d'ailleurs consacré le cyclisme espagnol en général.

Trois coureurs ibériques occupent ainsi les trois premières places, car derrière Contador, Alejandro Valverde (Movistar) et Joaquim Rodriguez, respectivement à 1 minute 16 secondes et 1 min 37 sec du coureur de Pinto, complètent le podium.

"Purito" Rodriguez, qui a porté le maillot rouge durant deux semaines, n'a pas été payé de ses efforts: après avoir dû céder sa première place au général à Contador lors de la 17e étape à Fuente Dé, le petit grimpeur catalan a aussi été dépossédé sur le fil de son maillot vert par son compatriote Alejandro Valverde, 6e du sprint du jour.

Le maillot de la montagne, après avoir été enlevé 4 fois de suite par le Français Moncoutié (Cofidis), termine cette année sur les épaules du jeune Australien Simon Clarke, belle découverte de cette Vuelta.

A l'entrée dans Madrid, le peloton a d'ailleurs laissé Moncoutié (Cofidis) et le Néerlandais Niermann (Rabobank) prendre quelques longueurs d'avance, forme d'hommage à ces deux coureurs qui prendront leur retraite à la fin de la saison. Sur l'étape finale, Degenkolb a une fois de plus tiré son épingle du jeu, décrochant là sa cinquième couronne sur cette Vuelta.

Sur le faux-plat montant de la promenade du Prado, le puissant Allemand a réglé le sprint du peloton devant les Italiens Viviani (Liquigas) et Bennati (RadioShack).

Auparavant, six coureurs, parmi lesquels se trouvaient l'Espagnol Astarloza (Euskaltel) et le Belge Seeldraeyers (Astana), avaient pris quelques secondes d'avance sur le peloton.

Mais cette tentative a finalement été neutralisée par les équipes de sprinteurs.

Publicité clickBoxBanner