Cyclisme Avant de suivre le Ronde avec son organisateur, le Texan sera la vedette d’un événement où il s’exprimera 20 minutes.

Flanders Classics est, depuis sept ans, l’organisateur du Tour des Flandres et du Circuit Het Nieuwsblad. La société, propriété de l’homme d’affaires et de médias flamand Wouter Vandenhaute, un des candidats repreneurs du Sporting d’Anderlecht, est aussi impliquée dans l’organisation de quatre autres classiques printanières : À Travers les Flandres, Gand-Wevelgem, le Grand Prix de l’Escaut et la Flèche brabançonne. À l’exception de ces deux dernières, toutes ces épreuves sont reprises au calendrier WorldTour.

L’an prochain, À Travers les Flandres sera déplacée d’une semaine et donc disputée le mercredi 27 mars, quatre jours avant le Tour des Flandres, à la place des Trois Jours de La Panne, avancés pour leur part. Les organisateurs du Ronde van Vlaandere n ont donc voulu créer une grande fête qui s’étale sur cinq journées.

À leurs deux courses et au Tour des Flandres pour cyclotouristes (lequel attire 16.000 participants venus des quatre coins de la planète), mis sur pied le samedi, veille du Ronde, ils vont ajouter un autre événement, le vendredi : le Tour of Flanders Business Academy.

Un rendez-vous destiné avant tout aux entreprises et aux hommes d’affaires. Le principe est simple : contre une participation conséquente (entre 250 et 300 euros par personne), le participant recevra le petit-déjeuner à Audenarde, pourra participer à une sortie à vélo de 70-80 km sur les routes du Tour des Flandres avant de rejoindre en bus le Vieux Quaremont où il participera à un repas gastronomique dans les chapiteaux géants dressés sur les flancs du légendaire mont flandrien où, quarante-huit heures plus tard, la course passera à trois reprises.

Mais ce n’est pas tout. Après ce repas, il assistera surtout au speech de vingt minutes d’un Héros du Sport. Et c’est bien ceci qui va sans doute poser problème car le premier intervenant ne sera, le vendredi 30 mars prochain, personne d’autre que Lance Armstrong.

Outre sa causerie de vingt minutes, le Texan devrait aussi rouler avec les hommes d’affaires et cyclos mais également assister, le dimanche, à la course dans la voiture de Wouter Vandenhaute dont il sera l’invité.

Le patron du Ronde s’est rendu plusieurs fois aux États-Unis pour s’entretenir avec le Texan, déchu le 22 octobre 2012 par l’UCI de ses sept victoires au Tour de France pour les raisons que l’on sait et suspendu à vie par la fédération internationale. Vandenhaute se dit persuadé qu’Armstrong a quelque chose à raconter, que son histoire est attendue et que sa prise de parole va rompre avec l’hypocrisie qui l’entoure.

"Avec la ‘ Tour of Flanders Business Academy ’, nous souhaitons attirer chaque année un orateur de renom en Flandre", explique Wouter Vandenhaute. "Il peut s’agir d’une personnalité du monde du cyclisme, mais aussi d’un autre sport ou d’un autre domaine de la société. Notre premier invité sera Lance Armstrong. Il est ravi de venir en Flandre afin de discuter avec nous et de vivre sa classique préférée aux premières loges. C’est également un retour au cyclisme pour lui, et je pense qu’il est tout à fait le bienvenu. Lance Armstrong est et reste un grand champion. J’ai depuis des années l’impression qu’il a été sanctionné avant tout pour son arrogance. Je l’ai rencontré à Washington au mois d’octobre et je l’ai trouvé apaisé et en paix avec son sort. Si nous devons bien évidemment poursuivre la lutte contre le dopage dans le cyclisme, il nous faut aussi assumer notre passé. Je trouve très bien de continuer à honorer des champions comme Laurent Jalabert et Richard Virenque, mais pourquoi ne pourrait-on pas réintégrer Lance Armstrong et Jan Ullrich dans la grande famille du cyclisme ?"

Le Texan, lui, avoue son plaisir et son excitation même à assister l’an prochain à "la plus belle des Flandres".