Armstrong : ses co-équipiers bientôt suspendus pour dopage

Publié le - Mis à jour le

Cyclisme Quatre coureurs du Tour de France, anciens équipiers de Lance Armstrong, ont reconnu s'être dopés et seront suspendus en fin de saison par l'Agence américaine antidopage (USADA), affirme jeudi le journal néerlandais De Telegraaf cité par le site internet cyclingnews.com.

Les Américains George Hincapie (BMC), Levi Leipheimer (Omega Pharma), Christian Vande Velde et David Zabriskie (tous deux Garmin), seront suspendus six mois à partir de la fin de saison, après avoir fait ces aveux et témoigné contre l'ancien septuple vainqueur du Tour, ajoute De Telegraaf.

"Aucune suspension de six mois n'a été signifiée à aucun membre de Slipstream Sports (ndlr: Garmin). Ni aujourd'hui (jeudi) ni à une date ultérieure", a immédiatement réagi sur Twitter le directeur sportif de Garmin, Jonathan Vaughters, lui-même cité dans l'article du journal.

Les quatre coureurs américains auraient témoigné dans le cadre de la procédure lancée par l'USADA à l'encontre d'Armstrong, accusé de s'être dopé durant l'essentiel de sa carrière.

L'agence antidopage américaine a reçu le feu vert la semaine dernière d'un comité d'experts indépendants pour mettre officiellement en accusation Armstrong et cinq autres collaborateurs, dont son ancien directeur sportif belge Johan Bruyneel - actuellement chez RadioShack - et son ex-préparateur italien Michele Ferrari.

Dans la lettre détaillant les charges contre Armstrong et ses collaborateurs, l'USADA mentionnait dix témoins, cyclistes ou anciens employés des équipes de l'Américain, sans donner leur nom.

Si les choses se déroulent normalement, Armstrong sera entendu d'ici le 22 novembre par une commission d'arbitrage (en général trois membres), selon l'USADA.

Le verdict sera susceptible d'appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), à Lausanne (Suisse).

Le Texan de 40 ans est accusé par la justice sportive d'avoir eu recours à l'EPO, aux transfusions sanguines, à la testostérone, à la cortisone et à l'hormone de croissance, et d'avoir aussi poussé d'autres coureurs au dopage. Malgré les nombreuses accusations qui ont émaillé sa carrière, notamment émises publiquement par ses anciens coéquipiers Floyd Landis et Tyler Hamilton, des anciens dopés, Armstrong n'a jamais été convaincu de dopage.

A la suite des aveux de Landis, le vainqueur déchu du Tour de France 2006, la justice fédérale américaine avait bien lancé une vaste enquête au printemps 2010, sous la houlette de l'agent Jeff Novitzky, qui avait notamment fait tomber la reine du sprint Marion Jones. Mais l'enquête avait été abandonnée en février.

A cause de cette procédure, le Texan, retraité des pelotons, ne peut plus participer à des courses de triathlon, son nouveau sport. Armstrong estime que la procédure de l'USADA repose sur des accusations "sans fondement" et a demandé en vain l'abandon des poursuites.

Publicité clickBoxBanner