Cyclisme Après neuf jours dans la plaine peu emballants, les choses sérieuses débutent ce mardi pour tous les favoris avec la première des trois étapes alpines.

Les neuf premiers jours du Tour de France n’ont guère été spectaculaires, mais ils ont provoqué leur (petit) lot de rebondissements. Presque tous les prétendants à la victoire finale et aux accessits ont dû, tour à tour, lâcher du lest. Revue des troupes.

Qui a perdu le Tour ?

Une seule grande victime a été à déplorer depuis le Grand Départ en Vendée : Richie Porte. L’Australien a quitté la route du Tour. Pour tous les autres, rien de définitif n’a été concédé cependant, même si Dan Martin, samedi, et Rigoberto Uran, le lendemain sur les pavés, ont perdu plus d’une minute. D’une manière générale, que ce soit le premier jour, puis dans le chrono par équipes, à Mûr de Bretagne ou à Roubaix, les écarts ont à chaque fois été contenus. Ce qui nous donne un classement très dense avec moins de deux minutes entre tous les candidats à la succession de Froome.

À qui l’avantage ?

Malgré les 51 secondes concédées le premier jour, Froome est en position favorable, mais les écarts sont très resserrés. De ce fait, les jours à venir nous promettent une bataille de chiffonniers sur les cols alpins avec des secondes de bonification à grappiller lors des arrivées. Trois étapes ont été tracées dans les Alpes. Elles vont contraindre tous les prétendants à baisser les masques. Plus question de se cacher et, surtout, il conviendra d’avoir bien encaissé le passage de la plaine, des pavés, à la montagne. Une transition conjuguée aux effets, souvent néfastes pour certains, de la journée de repos.

(...)