Cyclisme

Les affaires de dopage se suivent à la Ligue vélocipédique belge. Après Dave Bruylandts (suspendu 18 mois pour un contrôle positif à l'EPO hors compétition en avril), après Christophe Brandt (blanchi pour son contrôle à la méthadone au Tour), c'était hier au tour de grands noms de notre peloton de visiter les bureaux fédéraux.

Quasi un an après le déclenchement de l'affaire Landuyt-Versele, des noms du vétérinaire Landuyt et du soigneur Versele impliqués dans un trafic de produits dopants dans les milieux cyclistes, hippiques et colombophiles, et des perquisitions qui, le 4 septembre 2003, avaient été effectuées chez les coureurs professionnels Mario De Clercq, Jo Planckaert, Chris Peers et Johan Museeuw, ainsi que les élites sans contrat Oliver Penney, Birger Donie et Nico Henderickx, ces 6 derniers devaient comparaître hier devant la Commission disciplinaire de la LVB. A la demande des coureurs, les débats se sont déroulés à huis clos.

Mais on sait que, sur base des dossiers fournis par le Parquet de Courtrai en charge de cette enquête dans laquelle le triple champion du monde de cyclo-cross Mario De Clercq ne semble plus poursuivi, le procureur fédéral, Jaak Fransen, a requis pour la plupart de ces coureurs (le dossier d'Henderickx a été, à sa demande, renvoyé au 28 septembre) une suspension de quatre ans.

Une peine très importante, comparable à celle réclamée dans un premier temps pour Dave Bruylandts et qui laisse à penser que l'affaire est plus lourde que les coureurs n'ont bien voulu le reconnaître jusqu'à présent. Pour Peers et Planckaert en tout cas. Le cas de Johan Museeuw, absent hier, est en effet moins avéré. Me Lievens, son avocat, a, le premier, quitté la RLVB, se refusant au moindre commentaire.

Un jugement sera rendu dans la quinzaine avant d'éventuels appels. S'agissant de Johan Museeuw, qui s'est retiré des pelotons le 14 avril dernier, une suspension n'aurait plus aucun effet sur son activité sportive mais il est évident qu'elle ternirait l'image du Lion des Flandres. Lequel a toujours voulu apparaître comme un coureur propre. On peut d'ailleurs se poser la question de savoir si ce n'est pas pour cette raison déjà que Museeuw ne demande pas ou ne reçoit pas de licence de directeur sportif. Pour Jo Planckaert, 33 ans et chez MrBookmaker, et Chris Peers, 34 ans et chez Chocolat Jacques, n'importe quelle peine signifierait la fin de leur carrière.

© Les Sports 2004