Cyclisme Le procureur du parquet de Rome a décidé samedi l'ouverture d'une enquête sur les révélations du quotidien italien Corriere dello Sport affirmant que le champion cycliste Fausto Coppi aurait été empoisonné.

L'article du quotidien paru samedi a été immédiatement inclus dans le dossier judiciaire ouvert à cette occasion.

Le magistrat romain prendra dans les prochains jours une décision sur l'éventuel transfert de l'enquête vers le parquet de Tortona (nord), ville du Piémont où le "Campionissimo" est mort le 2 janvier 1960 à l'âge de 40 ans, officiellement des suites d'une malaria contractée lors d'un safari au Burkina Faso.

Selon le Corriere dello Sport se fondant sur les propos d'un dirigeant du comité olympique italien (CONI), Mino Caudullo, Coppi serait en réalité mort des suites d'un empoisonnement par vengeance suite à la mort d'un coureur ivoirien dans une course européenne.

Caudullo, qui a fait de nombreuses visites en Afrique pour des projets de développement, assure qu'au Burkina Faso, un moine bénédictin français, toujours en vie, lui aurait expliqué que Coppi avait été empoisonné par vengeance. Le moine aurait recueilli cette information en confession.

"Le moine m'a expliqué que c'était une potion très connue au Burkina Faso car elle est tirée d'une herbe locale, a déclaré Caudullo. Elle agit lentement et engendre des fièvres qui peuvent éventuellement mener à la mort".

Le dernier médecin de Coppi, Ettore Allegri, 80 ans, a qualifié ces révélations de "balivernes". "Des tests sanguins ont été effectués après sa mort et ont confirmé qu'il était décédé du paludisme".

L'ancien coureur français Raphael Geminiani, 77 ans, qui était avec Coppi en Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso), a confirmé de son côté avoir été très malade lui aussi après cette tournée. "C'était la malaria. J'ai été sauvé in extremis parce qu'on a diagnostiqué tout de suite la bonne maladie, chez moi. Fausto, lui, a été soigné pour une grippe et quand j'ai appelé son hôpital pour leur signaler mon cas, les médecins ont répondu 'on vous soigne pour votre maladie, nous soignons Coppi pour la sienne'".

Fausto Coppi, dont la mort a toujours été entourée d'un certain mystère, possède l'un des palmarès les plus riches de l'histoire du cyclisme. Il est notamment le premier coureur à avoir remporté le Tour de France et le Tour d'Italie la même année, en 1949, une prouesse qu'il a répétée en 1952. Il compte également trois autres Giro (1940, 1947, 1953) à son palmarès.