Fédrigo l'emporte en baroudeur

F. Chl. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Cyclisme

Comme Luis-Léon Sanchez ce dimanche, c’est un baroudeur qui s’est imposé à Pau lors de la 15e étape du Tour de France. Un baroudeur, mais comme l’Espagnol, un coureur malin, puisque Pierrick Fedrigo a décroché son quatrième bouquet en six ans sur la Grande Boucle. Une belle revanche pour celui qui avait vu sa saison 2011 gâchée par une maladie bactérienne, la maladie de Lyme.

Dries Devenyns qui retrouvait Thomas Voeckler dans la bonne échappée, n’a rien pu faire face à la science tactique du coureur originaire de Lot-et-Garonne.

Plus d’une heure de bagarre

Au départ de Samatan, la capitale du foie gras, ils étaient encore 162 en course et quinze des équipes engagées n’avaient pas encore remporté de succès. C’est pourquoi, la première heure de course était disputée tambour battant avec de nombreux coureurs qui tentaient de sortir du peloton. Les attaques se succédaient, et ils étaient cinq à finalement obtenir leur bon de sortie après que Bernhard Eisel eut sifflé la fin de la récréation au sein du peloton.

On retrouvait donc Pierrick Fedrigo (FDJ), Christian Vandevelde (Garmin), Samuel Dumoulin (Cofidis), Thomas Voeckler (Europcar) et notre compatriote Dries Devenyns (Omega Pharma) avec en chasse-patate derrière eux, Nicki Sörensen (Saxo Bank). Le Danois faisait la jonction après que son équipe eut mise en route en tête du peloton. A partir de ce moment-là, l’échappée prenait rapidement six minutes jusqu’à ce que l’équipe Lotto ne décide de prendre la chasse à son compte à 65 bornes de Pau. Le sprint intermédiaire était remporté par Nicki Sörensen, alors que Peter Sagan prenait la septième place cinq minutes plus tard.

Pas de bouquet pour les 30 ans de Greipel

Quelques kilomètres plus loin, le peloton se relevait. Le vainqueur de l’étape se trouvait donc parmi les six hommes de tête. Les trois ascensions du jour ne changeaient rien à la physionomie de la course et étaient franchies en tête par Thomas Voeckler. Ti Blanc revient ainsi à 32 points de Frederik Kessiakoff, l’actuel meilleur grimpeur du Tour.

Une seule cartouche suffira à Fedrigo

Dans les 10 derniers kilomètres, les premières escarmouches commençaient au sein du groupe de fuyards. Nicki Sörensen y allait par deux fois, mais c’est Fedrigo qui lançait l’attaque décisive à 7 kilomètres du but. Vandevelde parvenait à suivre le sillage du coureur FDJ, c’était fini pour les autres. Dans la dernière ligne droite, Fedrigo plus véloce s’imposait sans difficulté face à son adversaire américain. Sa science tactique avait encore parlé.

Voeckler prenait la troisième place, alors que Devenyns échouait en cinquième position. Le sprint du peloton pour la septième place était réglé par le jeune trentenaire André Greipel qui devançait Tyler Farrar et Peter Sagan. Kris Boeckmans complétait ce top 10.

Pas de changements concernant les maillots distincitifs , le prix de la combativité revenant à Nicki Sörensen pour son numéro de poursuite derrière ses cinq compagnons d’échappée lors du premier tiers de l’étape. Notons enfin, l'abandon de six coureurs dont Sylvain Chavanel.

Demain, les coureurs prendront un peu de repos avant d’affronter les deux terribles étapes pyrénéennes qui pourraient encore modifier quelque peu la physionomie du classement général.

Publicité clickBoxBanner