Frank Schleck va plaider l'empoisonnement

AFP Publié le - Mis à jour le

Cyclisme Le Luxembourgeois Frank Schleck, qui a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif pendant le Tour de France, a été entendu mardi soir à Pau (Pyrénées) par les services spécialisés de la Gendarmerie.

L'aîné des frères Schleck s'est rendu de sa propre initiative dans un commissariat afin d'éviter d'être emmené par les forces de l'ordre, a indiqué son équipe RadioShack.

Depuis plusieurs années, tout coureur contrôlé positif sur le Tour est entendu par les services spécialisés de l'Oclaesp (Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique).

L'audition du coureur s'est achevée en fin de soirée, aux alentours de 23 heures, a-t-on appris de source proche du dossier.

Le coureur a été entendu dans un premier temps dans un commissariat avant de se rendre dans un groupement de Gendarmerie, a-t-on appris de même source.

La journée de repos à nouveau entachée d'un scandale

Le Luxembourgeois Frank Schleck, troisième l'an passé, a quitté le Tour de France, mardi, suite à un contrôle antidopage positif, a-t-on appris auprès de son équipe RadioShack.

L'Union cycliste internationale (UCI) a révélé en début de soirée, pendant le second jour de repos à Pau, le résultat positif du Luxembourgeois lors de la 13e étape de la course.

Après 15 étapes, Frank Schleck occupait la 12e place du classement général, à 9 min 45 sec du maillot jaune (Wiggins).

Le coureur âgé de 32 ans, frère aîné d'Andy (vainqueur du Tour en 2010 et 2e en 2011) a été contrôlé à un diurétique, une substance dite spécifiée, pour laquelle la sanction peut aller d'une réprimande à deux ans de suspension. L'affaire est la deuxième liée au dopage depuis le départ du Tour 2012, après l'interpellation à Bourg-en-Bresse du coureur français Rémy Di Grégorio (Cofidis) lors de la première journée de repos de l'épreuve.

Le contrôle en cause date du 14 juillet, jour de l'étape du Cap d'Agde. Dans cette étape, Frank Schleck avait terminé à la 40e place, au sein du premier peloton dans le même temps que le vainqueur, l'Allemand Andre Greipel.

"Le règlement antidopage de l'UCI ne prévoit pas la suspension provisoire vu la nature de la substance, qui est une substance spécifiée", a précisé la fédération internationale en ajoutant être "confiante que son équipe entreprendra les démarches nécessaires pour garantir la sérénité du Tour de France et en même temps offrir au coureur le temps nécessaire pour préparer sa défense".

"Un empoisonnement"

Si l'analyse de l'échantillon B arrive aux mêmes conclusions, Frank Schlek plaidera l'empoisonnement. "J'insiste à voir effectuer un contrôle B, qui est de droit. Si cette analyse confirme le premier résultat, plainte sera déposée contre X pour empoisonnement."

Une simple réprimande ?

La substance incriminée (diurétique Xipamide) a été décelée dans un contrôle urinaire analysé par le Laboratoire national de Châtenay-Malabry.

Le Code mondial antidopage prévoit des possibilités de sanctions réduites quand il s'agit de "substances spécifiées".

"Quand un sportif peut établir comment une substance spécifiée est entrée dans son corps ou est entrée en sa possession, et que cette substance spécifiée n'était pas destinée à améliorer la performance sportive, la sanction peut être réduite au minimum à une réprimande sans période de suspension, et au maximum à une suspension de 2 ans", dispose le Code mondial.

Selon les spécialistes, le Xipemide, un diurétique, est utilisé pour le traitement des oedèmes et de l'hypertension. Mais les diurétiques sont aussi suspectés d'être pris en complément de transfusion sanguine.

Un début de saison contrarié

Après avoir raté sa campagne de classiques, tout comme son frère cadet Andy, le Luxembourgeois a dû s'aligner, contre son intention première, au Giro, suivant la volonté du manager de l'équipe RadioShack, le Belge Johan Bruyneel.

Frank Schleck a abandonné le Tour d'Italie à une semaine de l'arrivée, au grand dam du responsable de l'équipe luxembourgeoise qui a mis en doute la gravité de la blessure à une épaule invoquée par le coureur.

En l'absence de son cadet, forfait à cause d'une chute au Critérium du Dauphiné (fracture du sacrum), le Luxembourgeois s'est aligné au départ du Tour de France dans une position ambiguë, à cause de cette approche non conforme à ses habitudes.

Distancé dans la première semaine, il s'est transformé ensuite en équipier de luxe pour le compte des coureurs les mieux classés de sa formation. A Pau, l'entrée de l'hôtel de luxe où loge l'équipe RadioShack était bloquée en début de soirée par les forces de police.

Publicité clickBoxBanner