Cyclisme

Claude Criquielion est décédé mercredi matin des suites d'un accident vasculaire cérébral (AVC), a annoncé l'hôpital d'Alost où il avait été pris en charge dans la nuit de dimanche à lundi.

A la demande de la famille, l'hôpital d'Alost a communiqué mercredi le décès de l'ancien champion du monde, survenu à 9h00 ce matin des suite d'un AVC. Le communiqué a précisé que la famille allait mettre à exécution la procédure du don d'organes et ne fera pas d'autres commentaires demandant aux médias de respecter la tranquillité et la sérénité de la famille dans ces moments douloureux.

"Claudy", ou le "Crique", a fait carrière au sein du peloton professionnel de 1979 à 1991. Il fut champion du monde sur route en 1984, à Barcelone et possède à son palmarès une soixantaine de succès professionnels. Parmi ceux-ci, on note une Flèche brabançonne (1982), la Classica San Sebastian (1983), deux Flèche wallonne (1985 et 1989), le Tour de Romandie (1986) et le Tour des Flandres (1987). Il a aussi endossé le maillot de champion de Belgique en 1990.

A la fin de sa carrière, Criquielion s'était reconverti comme directeur sportif. Il était échevin (MR) de la ville de Lessines, commune dont il est originaire et où il cumulait plusieurs compétences (travaux publics, mobilité, eaux et forêts, sports).

Charles Michel lui rend hommage

"Nous perdons un grand sportif mais aussi un homme proche et à l'écoute des gens", a déclaré le Premier ministre Charles Michel, à l'annonce du décès du champion cycliste Claudy Criquielion.

Pour M. Michel, Criquielion avait traduit les valeurs nobles du sport dans un engagement politique sincère de proximité, rappelant son engagement avec "sa ville, Lessines, notamment en tant qu'échevin des Sports".

Le président du MR, Olivier Chastel, a également tenu à rendre hommage au parcours politique de Claudy Criquielion. Candidat aux législatives à deux reprises, le cycliste est décrit par le chef de file des Réformateurs comme "un colistier loyal, combatif, déterminé pour véhiculer les idées" du parti.

Claude Criquielion est décédé mercredi matin des suites d'un accident vasculaire cérébral (AVC), à l'hôpital d'Alost où il avait été pris en charge dans la nuit de dimanche à lundi.

"Une très grosse perte pour le cyclisme belge"

"La mort de Criquielion est une grande perte pour le cyclisme belge. Claudy était une source d'inspiration pour beaucoup, tant des jeunes que des coureurs expérimentés", a indiqué mercredi Tom Van Damme, président de la Royale Ligue Vélocipédique Belge (RLVB), à l'annonce du décès de Claude Criquielion.

"Mes pensées vont d'abord à sa famille et ses amis proches", a commenté M. Van Damme. "Je me souviens évidemment de ses victoires fantastiques lors des Mondiaux en Espagne, du championnat de Belgique et au Tour des Flandres. Il donnait tout également lors des classiques wallonnes. Criquielion était vraiment un des meilleurs coureurs qu'a connu notre pays."

"Il restera naturellement toujours associé aux championnats du monde de Renaix (1988, NDLR), où il semblait bien parti pour s'imposer avant de chuter sur la fin. Encore une illustration du fait que la renommée, la gloire, la poisse et l'échec sont étroitement liés. Dans sa fonction de directeur sportif, il a ensuite transmis son expérience aux jeunes coureurs. Il s'est par après engagé en politique avec là aussi beaucoup de détermination. Nous perdons un homme très attachant."

Claude Criquielion est décédé mercredi matin des suites d'un accident vasculaire cérébral (AVC), à l'hôpital d'Alost où il avait été pris en charge dans la nuit de dimanche à lundi.

Johan Museeuw: "Nous perdons un grand champion qui est parti beaucoup trop tôt"


Le monde du cyclisme belge est en deuil après l'annonce mercredi du décès de Claude Criquielion à l'âge de 58 ans. "Nous perdons un grand champion qui est parti beaucoup trop tôt", a réagi Johan Museeuw, lui aussi ancien champion du monde cycliste sur route.

Museeuw a toujours été fort impressionné par le champion wallon et était admiratif de la manière dont Criquielion se préparait pour les classiques ardennaises. "J'étais jeune coureur et encore inexpérimenté. Il m'a partagé son savoir avec une grande complaisance", se souvient Museeuw.

Depuis l'annonce de l'hospitalisation de Criquielion, l'ancien vainqueur du Tour des Flandres craignait une issue fatale. "Je sais ce que c'est (ndlr: Museeuw lui-même a été victime d'un petit accident vasculaire cérébral après un accident de moto). Les premières 24 heures sont cruciales. Lorsque j'ai entendu hier (mardi) les avis négatifs, je savais que ce n'était pas bon signe."

Pour Museeuw, on doit garder avec "le Crique" le souvenir d'un grand champion avec une véritable mentalité de gagneur. "Criquielion était un véritable 'Ardennais'. Quelqu'un qui sait sa faire mal, comme Gilbert. Il se préparait dans les moindres détails pour ses objectifs, qui dans son cas étaient les classiques ardennaises. Mais en dehors de la course, il était d'une vraie gentillesse pour son entourage", a conclu Museeuw.

Gérard Bulens: "Criquielion était un père pour ses coureurs"

Une fois sa carrière de coureur cycliste terminée, Claude Criquielion s'était reconverti en tant que directeur sportif, d'abord au sein de la formation Lotto (2000 à 2004), puis durant deux ans chez Landbouwkrediet-Colnago. Gerard Bulens, l'ancien manager de cette dernière équipe où il officia, se souvient de lui comme "un père pour ses coureurs".

"J'ai appris la mauvaise nouvelle ce midi par sms. J'avais entendu que cela n'allait pas bien avec Claudy. Je suis encore sous l'émotion", a réagi Gérard Bulens, 63 ans. "Claude était plus jeune que moi, Cela fait réfléchir", a-t-il ajouté.

"Je connais Criquielion depuis un bon bout de temps. J'ai travaillé avec lui mais j'ai aussi été l'un des ses plus fervents supporters durant sa carrière sportive. Son fils Mathieu est arrivé dans notre équipe début 2005 et c'est ainsi que naturellement il est devenu directeur sportif chez nous. Suite à toutes sortes de circonstances, dont des partenaires commerciaux qui nous ont lâchés, j'ai dû arrêter l'équipe et c'est ainsi que nos chemins se sont séparés. Un incident très regrettable. Lorsque j'ai appris son décès, quelques images de lui me sont directement venues à l'esprit. Il était certainement l'un des meilleurs coureurs de tour que l'on ait connu ces dernières années mais je dois surtout penser à sa victoire dans le Tour des Flandres. A la volonté, il est parvenu à ne pas se faire rejoindre par ses poursuivants. Je peux vraiment le mieux décrire Claude Criquielion comme étant un vrai coureur de caractère mais aussi un vrai père pour ses coureurs qu'il avait sous ses ailes de directeur sportif", a conclu Bulens.

Claude Criquielion est décédé mercredi matin des suites d'un accident vasculaire cérébral (AVC), à l'hôpital d'Alost où il avait été pris en charge dans la nuit de dimanche à lundi.