Cyclisme

Lance Armstrong, accusé de dopage et lâché par ses principaux sponsors, a indiqué avoir vécu deux semaines "difficiles", vendredi à Austin (Texas) devant des invités de Livestrong, la fondation de lutte contre le cancer dont il a quitté la présidence mercredi.

L'Américain, dont les propos ont été publiés sur le site internet du quotidien local Austin American-Statesman, s'exprimait pour la première fois en public depuis le 10 octobre et la sortie d'un rapport de l'Agence américaine antidopage (Usada) détaillant son rôle dans ce qu'elle a qualifié de "programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport".

"Ces deux dernières semaines ont été difficiles", a déclaré Armstrong devant environ 1.500 personnes lors d'un court discours avant un gala de récolte de fonds marquant le quinzième anniversaire de Livestrong.

Armstrong n'a cependant pas directement fait référence aux accusations de dopage dont il est l'objet ni aux sanctions que lui a infligées l'Usada, qui l'a radié à vie et privé de ses sept victoires dans le Tour de France (1999-2005).

Le Texan de 41 ans, qui a reçu une ovation debout avant de prendre la parole, a aussi remercié la communauté de Livestrong pour son soutien. "Cette mission (la lutte contre le cancer) est plus grande que moi, plus grande que n'importe quel individu", a-t-il aussi expliqué.

Mercredi, l'ancien cycliste a quitté la présidence de Livestrong, fondation qu'il a créée en 1997 après avoir vaincu un cancer, et a perdu le soutien de son plus fidèle sponsor, l'équipementier sportif Nike, à ses côtés depuis 1996 mais qui a rompu en raison de "preuves apparemment rédhibitoires" de dopage. Même s'il a quitté la présidence de Livestrong, Armstrong reste membre de son conseil d'administration.