Cyclisme La classique des feuilles mortes est le "monument" le plus dur de la saison.

Même s’il restera encore les Tours de Turquie et de Guancxi, la dernière grande course du WorldTour se dispute ce samedi en Italie, le 111e Tour de Lombardie. La classique des feuilles mortes est le dernier des cinq monuments classiques.

La course, qui emprunte largement la région du lac de Côme, se dispute cette fois entre Bergame et Côme, sur un tracé difficile mais plus accessible que celui de l’an passé. La météo annonce du soleil, 16° mais aussi du vent (15 à 25 km/h). Six côtes principales sont recensées pour un total supérieur à 4 000 mètres de dénivelé.

Dans les deux dernières heures de course, la mythique montée de Madonna del Ghisallo (8,5 km à 6,2 %) et le Mur de Sormano (1,9 km à 15,8 % avec des passages à 25 et 27 %) qui prolonge la longue ascension du colle de Sormano (5 km à 6,6 %), précèdent les montées du Civiglio (4,2 km à 9,7 %) et de San Fermo della Battaglia (2,7 km à 7,2 %). Au sommet, il reste un peu plus de 5 km.

Nibali et Uran sont favoris

A la liste des absents, comme Chris Froome, Greg Van Avermaet, Peter Sagan ou Romain Bardet, en vacances, ou Esteban Chaves et Alejandro Valverde, blessés, s’est ajouté Tom Dumoulin, grippé.

Mais les favoris restent nombreux. A commencer par Vincenzo Nibali. Le Sicilien est en forme, il vient, lors de la série des semi-classiques italiennes, de collectionner les places d’honneur, dans la foulée de ses 3e et 2e places du Giro puis de la Vuelta. "Je suis en condition", dit le coureur de Barhain, vainqueur de la course, il y a deux ans. "Mais ce ne sera pas facile car je serai particulièrement visé." Rigoberto Uran, lui, vient de gagner Milan-Turin, il s’est déjà classé trois fois 3e en Lombardie, dont l’an dernier.

Derrière ces deux-là, la liste des protagonistes est longue avec Fabio Aru, Nairo Quintana, Thibaut Pinot, Diego Ulissi, Michal Kwiatkowski, Adam Yates ou encore Daniel Martin.

Les Belges seront seize avec à leur tête un double ancien vainqueur de l’épreuve. C’est en Lombardie que Philippe Gilbert, vainqueur en 2009 et 2010, a enlevé ses deux premiers monuments. Avec le Liégeois, ses équipiers Laurens De Plus et Dries Devenyns, ou son ancien partenaire chez BMC, Ben Hermans, sont à suivre également. Tout comme Serge Pauwels et Jan Bakelants, lequel finit bien la saison et sera libre en l’absence de Bardet. Tim Wellens, 4e en 2015, est sans doute notre principal atout. Il dispose d’une solide équipe Lotto-Soudal avec Tiesj Benoot, Maxime Monfort, Jelle Vanendert, Thomas De Gendt ou Sander Armée sans oublier Tony Gallopin et Tomasz Marczynski.