Les preuves que Vinokourov a bien acheté Liège - Bastogne - Liège

J. C. et N. Ch. Publié le - Mis à jour le

Cyclisme De forts soupçons de tricherie planaient au-dessus d'Alexandre Vinokourov après la victoire du Kazakh lors de l'édition 2010 de Liège-Bastogne-Liège.

A l'époque, Vinokourov avait déposé très facilement son compagnon d'échappée, Alexandr Kolobnev, à 500 mètres de l'arrivée. Aujourd'hui, le magazine suisse "L'Illustré" publie les preuves d'un arrangement financier entre les deux coureurs pour laisser gagner le leader d'Astana.

"L'Illustré" a publié la preuve d'un versement de 100.000 euros sur le compte de Kolobnev le 12 juillet 2010. Le magazine avait déjà publié en décembre les détails d'une conversation par mails entre les deux cyclistes.

Il est également précisé que le 28 décembre 2010, "Vino" a à nouveau fait un versement, cette fois de 50.000 euros, sur le compte de Kolobnev.

Après les deux ans de suspension en 2007 pour transfusion sanguine, un nouveau scandale vient ternir l'image de Vinokourov. Le parquet de Liège pourrait ouvrir une enquête suite à ces nouvelles informations. L'UCI, elle, ne réagit toujours pas...

La veuve d'Andreï Kivilev s'en mêle

Après sa suspension pour dopage et cette affaire de corruption qui se précise, Alexandre Vinokourov pourrait connaître une fin de carrière en eau de boudin. Très populaire en son temps, le Kazakh ne mériterait rien de plus qu'être radié à vie du peloton, si ces soupçons se confirmaient. Pour cela, il faudrait toutefois que l'Union Cycliste Internationale daigne enquêter, ce qui n'est pas encore le cas. Pourtant, "L'Illustré" n'est pas le seul à s'en prendre au leader d'Astana. C'est désormais la veuve d'Andreï Kivilev qui accuse le parrain de son fils de tous les maux.

Souvenez-vous, Kivilev s'était tué le 12 mars 2003 sur les routes de Paris-Nice, dans une terrible chute. Vinokourov pleurait alors toutes les larmes de son corps et gagnait l'épreuve après avoir pris le pouvoir le surlendemain de l'accident. Mais voilà, cette victoire aurait également été achetée selon Natalya Kivilev. "Aujourd’hui, témoigne-t-elle, j’ai décidé de dire la vérité et de libérer mon âme. Depuis la mort de mon mari, Vinokourov s’approprie sa mémoire, utilise son nom. J’ai des preuves qu’il est bel et bien un tricheur. Lors de Paris-Nice 2003, par exemple, je sais notamment qu’il a profité du décès de mon mari en payant 3.000 euros aux coureurs pour le laisser gagner, prétextant qu’il voulait dédier sa victoire à Andreï". Un livre écrit par la veuve de Kivilev devrait être publié bientôt. On y retrouvera sans doute plus d'explications sur ces accusations.

Kolobnev devrait également être chassé

N'oublions pas, toutefois, que Vinokourov n'est pas le seul mis en cause dans l'affaire Liège-Bastogne-Liège 2010. Le Russe s'est laissé acheter, chose bien peu compréhensible quand on sait qu'il est le Poulidor des classiques. Jugez plutôt : 2e des mondiaux sur route 2007, 2e de la Classique San Sebastian, 3e des J.O. 2008, 2e des mondiaux 2009, 3e du Tour de Lombardie 2009 et donc 2e de Liège-Bastogne-Liège 2010, sa dernière perf' en date. La peur de gagner, sans doute.

Autant dire que si cette affaire de corruption s'avérait bien réelle, le coureur ne mériterait guère mieux qu'être chassé du peloton en même temps que Vinokourov. Pour rappel, le Russe avait été exclu du Tour 2011 pour dopage mais avait été épargné de toute suspension par la Fédération russe.

Une chose est certaine, à l'instar de nos collègues de "L'Illustré" on ne peut qu'encourager l'UCI à mener l'enquête. Parce que la Doyenne mérite mieux qu'un énorme point d'interrogation à la ligne 2010 de son palmarès.

Publicité clickBoxBanner