Cyclisme Cinq ans après sa dernière participation en 2013, Monfort retrouvera dimanche Liège-Bastogne-Liège.

Du balcon de sa maison posée sur les hauteurs d’Aywaille, Maxime Monfort goûte à ce que l’Ardenne a de plus beau. À la mi-temps d’un printemps qui aura ressemblé jusqu’ici à une longue course d’attente, la nature s’éveille enfin et colore l’horizon de toutes les nuances de vert. Entre un regard aimanté par la cime des sapins qui semblent dessiner le ciel et le bruissement de branches sur lesquelles les oiseaux installent leurs premiers nids, l’endroit a le pouvoir régénérant de ces lieux hors du temps. "Nous avons eu un coup de cœur pour la vue", commente le coureur de chez Lotto-Soudal, installé dans ce petit coin de paradis depuis près de cinq ans maintenant.

Un choix qui ressemble au Nadrinois : nature. Après avoir passé toute son enfance en province de Luxembourg, ce n’est assurément pas un hasard si le Wallon et son épouse Laure ont décidé de faire grandir leurs deux enfants dans la partie liégeoise de l’Ardenne à laquelle ils sont attachés l’un comme l’autre. "Lorsque je pars en stage ou en course pendant plus de deux semaines, j’éprouve souvent une forme de manque, sourit le papa de Lou et Léo. J’adore toute cette région, j’y suis chez moi."

(...)