Cyclisme

Les intentions prêtées, en juin dernier, au parquet de Courtrai de renvoyer Johan Museeuw devant un tribunal correctionnel étaient fondées. La justice belge a, en effet, inculpé l'ancien champion du monde pour détention, en 2003, d'EPO, d'Aranesp et de Dexomethasone, trois produits dopants inscrits sur la liste des substances interdites par l'Agence Mondiale Antidopage, et demandera, le 11 octobre prochain, son renvoi en correctionnelle.

Décision en novembre?

Trois anciens cyclistes professionnels, à savoir Mario De Clercq, Jo Planckaert et Chris Peers, figurent également au nombre des personnes inculpées dans ce dossier, ainsi que trois coureurs amateurs, Vico Henderickx, Birger Donie et Pilver Penney. Enfin, quatre autres personnes ont été inculpées par le parquet de Courtrai: José Landuyt, le vétérinaire à l'origine du scandale et soupçonné d'avoir fourni les produits dopants à Museeuw, Herman Versele, un soigneur réputé dans le milieu, et Georges Windels et Freddy Walraevens, qui auraient servi d'intermédiaires.

Selon le porte-parole du parquet, la décision d'un renvoi pourrait intervenir en novembre, après que la Chambre du Conseil ait entendu à huis clos le réquisitoire du procureur du Roi et les plaidoiries des avocats. «Mais ce délai pourrait être beaucoup plus long car les avocats ont la possibilité de demander des devoirs d'enquête complémentaires», a ajouté le porte-parole.

Au total, selon le parquet, les sept sportifs inculpés auraient détenu 26 types de produits interdits, appartenant à plusieurs familles (hormones de croissance, stimulants, stéroïdes, testostérone...).

Les réquisitions liées à cette affaire qui avait éclaté en 2003 font apparaître que Johan Museeuw détenait ou aurait fait usage de «2000 unités d'EPO entre le 23 et le 25 août 2003», une quantité qui pourrait correspondre en réalité à une seule prise selon certains spécialistes, les doses que s'injectent les sportifs recourant au dopage variant généralement entre 2000 et 4000 unités par prise. Le triple champion du monde de cyclo-cross Mario De Clercq, lui, se serait injecté plusieurs dizaines de fois de l'EPO en 2001 et 2002, si l'on se fie aux notices d'emploi retrouvées à son domicile, entre autres substances.

Quelques mois après avoir mis un terme à sa carrière à 38 ans, Johan Museeuw avait été condamné, en octobre 2004, par la Ligue Vélocipédique Belge à quatre ans de suspension, dont deux effectifs, pour dopage. Le Lion des Flandres avait, bien entendu, nié farouchement.

© Les Sports 2005