Cyclisme L'Enfer du Nord n'a jamais été aussi indécis que cette année.

Paris-Roubaix, c'est l'apothéose de la saison des classiques pavées. Les coureurs ont pris le départ de Compiègne peu après 11 heures pour 257 kilomètres avec 54,5 kilomètres de pavés. Cette année, le suspense risque d'être au rendez-vous tant le niveau entre les coureurs semble homogène

Seule la Quick-Step Floors, forte de ses 25 succès, fait figure d'épouvantail avec Niki Terpstra en tête. Le vainqueur du Tour des Flandres a déjà gagné Paris-Roubaix (en 2014) et donne l'impression d'être un cran au-dessus des autres. Il ne faut pas oublier Philippe Gilbert. Le Wallon a préparé cette course depuis plus d'un an et pourrait profiter du jeu d'équipe pour tirer son épingle du jeu.

Concernant les autres favoris, il ne faut surtout pas sous-estimer Peter Sagan. Le triple champion du monde n'a jamais gagné Paris-Roubaix et avait été particulièrement malchanceux en 2017. Van Avermaet a réaffirmé qu'il était en forme, tout comme Arnaud Démare. Parmi les outsiders, on peut aussi citer Jasper Stuyven, Sep Vanmarcke, Zdenek Stybar, Oliver Naesen, John Degenkolb, Wout Van Aert ou encore Boasson Hagen.

Pour l'instant, à 160 kilomètres de l'arrivée, l'échappée matinale composée de Silvan Dillier (AG2R-La Mondiale), Sven Erik Bystrom (UAE Team Emirates), Jelle Wallays (Lotto-Soudal), Ludovic Robeet, Jimmy Duquennoy (WB Veranclassic), Marc Soler (Movistar), Gatis Smukulis (Delko Marseille Provence KTM), Geoffrey Soupe (Cofidis) et Jay Robert Thomson (Dimension Data), possède 7 minutes d'avance sur le peloton.

Van Avermaet a perdu un solide équipier sur chute. Küng a en effet quitté la course prématurément.

 

Suivez la course en direct commenté à 15h