Cyclisme

Le sprinteur italien de la Fassa Bortolo Alessandro Petacchi ne prendra pas le départ de la 6e étape du Tour de France, a annoncé le coureur vendredi matin.

"Je suis arrivé sur le Tour je me sentais bien et même dans l’étape d’hier, je me sentais bien. Hier, après ma chute, je pensais que je pouvais rejoindre l’arrivée sans problème, en me disant que ça irait mieux par la suite", a expliqué le sprinteur aux neuf victoires dans le Giro cette saison.

"Mais hier soir j’ai dû aller voir le kiné. Il m’a remis le dos en place parce que j’avais très mal. Il m’a dit qu’on verrait au matin, mais la nuit, ça s’est mal passé, je n’ai pas pu m’endormir du tout. Ce matin, je n’arrivais même pas à tenir debout donc ce n’était pas la peine de continuer dans cet état là", a ajouté celui qui avait décroché 4 succès d’étapes l’an passé sur le Tour.

Nouveau roi du sprint mondial, Petacchi a sans doute aussi eu du mal à gérer plusieurs facteurs: le parcours de la course, son déroulement, la concurrence plus forte, la fatigue accumulée sur le Tour d’Italie sont autant d’arguments qui ont joué contre le cycliste de la Spezia.

Son prédécesseur sur le trône mondial du sprint, son compatriote Mario Cipollini a également renoncé vendredi à continuer le Tour, également sur blessure. Son équipe, Domina Vacanze, par la voix de son attaché de presse Gilberto Petrucchi, a annoncé qu’il était parti en voiture avec sa femme Sabrina à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et qu’il devait s’envoler dans l’après-midi vers Pise. Sa blessure à la jambe contractée au Giro s’était rouverte dans l’étape de Wasquehal.

Son meilleur résultat depuis le départ de Liège, une 10e place à l’issue de la deuxième étape, et son classement général (116e) lui a peut-être également rappelé cruellement qu’à 37 ans, on ne peut être et avoir été.