Cyclisme

Peter Sagan (Bora-hansgrohe) a inscrit son nom au palmarès de la 80e édition de Gand-Wevelgem (WorldTour). Après 251,1 kilomètres et onze côtes, le champion du monde slovaque a devancé l'Italien Elia Viviani (Quick-Step Floors) et le Français Arnaud Demarre (Groupama-FDJ) au sprint.

C'est la troisième victoire pour Sagan à Gand-Wevlgem, qui égale, entre autres, Eddy Merckx, Tom Boonen et Mario Cipollini. Avec six podiums, c'est devenu le coureur au palmarès le plus fourni sur cette course. Après le départ, donné sur la Grand Place de Deinze, un groupe de six coureurs s'est formé, constituant l'échappée de la journée. Parmi eux figuraient deux Belges, Frederik Frison (Lotto Soudal) et Jimmy Duquennoy (WB Aqua Protect Veranclassic).

Parti en contre, un groupe de quatre coureurs, avec les Belges Jelle Wallays (Lotto Sodal) et Julien Vermote (Dimension Data), a fait la jonction avec le groupe de tête à 38km de la ligne. Après un dernier passage sur le Mont Kemmel, qui a complètement décanté la course, un groupe de 29 coureurs s'est retrouvé en tête à 25km.

Parmi ce groupe figuraient d'excellents sprinteurs comme Elia Viviani, Sacha Modolo, Arnaud Demarre, Michael Matthews ou encorer Peter Sagan, Jens Debusschere et Christophe Laporte.

Philippe Gilbert, déjà très en vue au GP E3 Harelbeke, a imprimé un tempo très élevé dans les cinq derniers kilomètres, se mettant au service de son sprinteur Viviani en dissuadant les attaques.

Greg Van Avermaet, voulant éviter le sprint, a démarré à 1.500 mètres de la ligne mais sans parvenir à créer un écart. C'est donc groupé que le groupe s'est présenté sur la ligne.

C'est finalement Peter Sagan qui s'est montré le plus rapide, décrochant son 3e sacre sur cette course. Premier Belge, Jens Debusschere (Lotto Soudal), a terminé 5e, juste devant Oliver Naesen (AG2R). Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) et Wout Van Aert (Vérandas Willems-Crelan) sont 9e et 10e.

Le Slovaque, avec désormais trois succès, égale les Belges Eddy Merckx, Tom Boonen, Rik Van Looy, Robert Van Eenaeme et l'Italien Mario Cipollini. Avec six podiums, Sagan est désormais le meilleur coureur de l'histoire de cette course flandrienne.

L'an passé, Greg Van Avermaet s'était imposé devant Jens Keukeleire - forfait dimanche car malade - et Peter Sagan.

Le top-10 de la course

1. Peter Sagan (Slk/BOH) les 250,8 km en 5h53:35 (moy. 42,56 km/h)

2. Elia Viviani (Ita/QST) à 0:00

3. Arnaud Démare (Fra/GFC) 0:00

4. Christophe Laporte (Fra/COF) 0:00 *** 5. Jens Debusschere (Bel/LTS) 0:00 *** 6. Oliver Naesen (Bel/ALM) 0:00

7. Matteo Trentin (Ita/MTS) 0:00

8. Zdenek Stybar (Tsj/QST) 0:00 *** 9. Jasper Stuyven (Bel/TFS) 0:00 *** 10. Wout van Aert (Bel/VWC) 0:00


"Ma victoire la plus simple sur les trois"

"Je suis très content de gagner cette course, et l'équipe a fait un très bon travail de l'équipe" s'est réjoui le Slovaque de Bora au micro de la VRT après l'arrivée. "Le sprint, c'est toujours une loterie, j'ai démarré tôt mais au final, c'était le bon choix car j'avais de bonnes jambes. Il y avait un peu plus de stress mais j'étais bien dans Kemmel. La course était différente cette année, c'était même ma victoire la plus simple, en termes de conditions météo. Ce n'était pas fou comme les trois dernières années."


Elia Viviani ne cachait pas sa déception

Elia Viviani était terriblement déçu à l'issue de Gand-Wevelgem dimanche. L'Italien de l'équipe Quick-Step Floors a dû se contenter de la deuxième place derrière Peter Sagan. Il est ensuite resté plusieurs minutes accroupi et en larmes sur le bord de la route avant de s'exprimer devant les caméras de la télévision.

"Je suis passé tout près d'un des objectifs les plus importants de ma carrière. C'est donc normal d'être déçu", a lancé Viviani en niant des problèmes liés à un excès de pression. "C'était une grande occasion de perdu pour moi. J'espère que j'aurai à nouveau cette chance dans le futur."

Plus véloce dans les cinquante derniers mètres du sprint, Viviani a probablement perdu Gand-Wevelgem en début de sprint. "J'étais dans la roue de Démare, je pensais qu'il était le plus rapide. Nous avons trouvé Vanmarcke sur notre chemin et avons dû l'éviter. Nous avons arrêté de pédaler un instant et Sagan est parti à ce moment-là. Et quand quelqu'un comme Peter part, c'est difficile de lui reprendre 10 mètres dans les 50 derniers mètres", a expliqué Viviani.

Arnaud Démare (Groupama-FDJ), troisième sur la ligne d'arrivée, a lui aussi dû se frayer un chemin pour parvenir à jouer la gagne dans la ligne droite finale. Il n'a finalement pas eu les jambes pour remonter Sagan. "C'est la deuxième fois que je viens pour la victoire ici. Je suis très déçu. J'étais pourtant très bien. Les deux passages du Mont Kemmel se sont d'ailleurs bien passés. J'ai bien roulé dans le final pour éviter de rester piégé dans une bordure. D'autres ont choisi de rouler moins et avaient plus d'énergies lors du sprint. J'ai manqué de punch pour faire un beau sprint."


Revivez la classique