Philippe Gilbert: "Je n'ai pas gagné seul"

Belga Publié le - Mis à jour le

Cyclisme Vingt-huit ans après Claudy Criquielion, la Wallonie détient à nouveau un champion du monde élites avec Philippe Gilbert. 'Phil' a fait honneur à son statut de favori, mais a surtout tenu à remercier l'ensemble de ses équipiers, qui ont géré à merveille l'épreuve de Valkenburg.

"Je remercie aussi mon équipe parce que malgré ma mauvaise saison ils ne m'ont jamais mis de pression mais ont continué à me soutenir", a réagi le nouveau champion du monde. "J'avais trois objectifs pour 2012. Les classiques n'ont rien donné. J'avais retrouvé un bon niveau lors de la course olympique, et aujourd'hui j'étais super. Mais je n'ai pas gagné seul. Tous les coureurs de l'équipe belge ont livré un travail fantastique. Nous avons formé un bloc très solide."

"Je me suis retourné à l'endroit le plus raide du Cauberg et j'ai vu un trou de dix à quinze mètres. Je n'ai pas hésité à tout donner. J'ai d'abord pris le côté gauche de la route pour être protégé, puis j'ai eu le vent dans le dos dans le dernier kilomètre. Je roulais à soixante à l'heure et savais que mes poursuivants ne pouvaient rouler plus vite pour me rattraper. C'est tout simplement énorme de gagner ici à Valkenburg. Je suis d'Aywaille, à cinquante kilomètres d'ici, et me sens comme à la maison. C'était une course sur mon Cauberg, un parcours qui me convenait. Juste énorme!"

Boonen: "Nous avons tenu nos rôles à la perfection"

Finir en douzième position n'avait guère d'importance pour Tom Boonen, dimanche au Mondial de Valkenburg. Le titre mondial de Philippe Gilbert avait pour lui aussi plus d'importance que le résultat personnel.

"Avec deux favoris dans l'équipe, nous avons chacun tenu nos rôles à la perfection", a réagi le champion de Belgique, qui avait décroché le dernier maillot arc-en-ciel pour nos couleurs en 2005.

"Jusqu'au pied du Cauberg nous avions deux atouts dans notre jeu. Lorsque Gilbert a démarré, je me trouvais un peu plus loin en tête du peloton. J'ai directement su que le titre mondial lui était destiné. Mais bravo aussi à chacun de l'équipe. Nous avons réussi la course presque parfaite, réalisant l'un des plus beaux jours de l'histoire du sport cycliste belge.".

"Incroyable comme cette équipe était soudée et comme tout le monde a travaillé pour tout le monde. Attention, ce ne fut pas aussi facile qu'on pourrait le penser, parce qu'avec le vent il a fallu souvent rouler à bloc. Ce fut un bien plus grand problème que la pression qui allait soi-disant être présente. Si Phil est en forme et moi aussi, nous ne sentons pas la pression. Nous allons droit vers notre objectif."

La Twittosphère s'emballe

Le titre mondial remporté dimanche à Valkenburg par Philippe Gilbert a suscité de nombreuses réactions sur Twitter. Voici un échantillon des félicitations reçues par le cycliste belge:

Cadel Evans, l'équipier de Gilbert s'est fendu d'un "Wow! Je ne peux pas encore y croire. Philippe est CHAMPION DU MONDE", Michael Rogers a fait dans la sobriété. "Félicitations Phil, quelle course!".

D'autres sportifs ont apporté leur commentaire. Steve Defour a par exemple écrit: "Jajaja, Philippe Gilbert, formidable travail d'équipe ". Son collègue anderlechtois Olivier Deschacht ajoute "Pas normal, classe pure". Maxime Monfort analyse la performance de Phil avec un oeil avisé: "Quelle maîtrise de Philippe Gilbert. La grande classe, Félicitations fi!!!"

Le mot de la fin revient à notre Premier ministre Elio Di Rupo : "Quel champion! Et quelle équipe! Félicitations à Philippe et à tous les Belges. Tout le pays est très fier de vous!"

Valverde, 3e: "Pas possible de suivre Gilbert"

Alejandro Valverde a réagi à la performance de notre compatriote à l'issue de la course: "Je suis content de cette médaille de bronze. Ce n'était pas possible de suivre Gilbert sur son démarrage. On ne s'est pas entendu après. Kolobnev est sorti puis Boasson Hagen et moi ensuite. Il n'y a pas eu de collaboration car on n'était pas loin de l'arrivée et je pense que chacun avait la médaille en tête. Mais, au sommet du Cauberg, Gilbert avait creusé un tel écart qu'on savait que c'était pour lui. L'idée au départ, c'était d'emmener Oscar Freire au sprint. Mais on était tout près de l'arrivée et on n'avait plus cette option. Il fallait aller chercher une médaille."

Boasson Hagen, 2e: "Satisfait de ma médaille d'argent"

Le Norvégien Edvald Boasson Hagen s'estimait heureux de sa 2e place, juste derrière Gilbert. "Quand Gilbert a démarré, je n'ai pas pu sauter dans sa roue, j'étais un peu loin derrière. J'ai espéré que d'autres coureurs feraient le travail pour boucher le trou. J'ai pensé que Valverde le ferait. Compte tenu des circonstances, je dois être satisfait de cette médaille d'argent. Ma saison ? J'en suis très content. Je peux courir pour moi-même, par exemple dans les classiques de printemps. Je me sens très bien dans mon équipe. Aujourd'hui, je dois remercier mes coéquipiers qui m'ont aidé à rester à l'avant de la course."

Publicité clickBoxBanner