Cyclisme

C'est donc de... Deinze que s'élancera le peloton de cette nouvelle édition de Gand-Wevelgem. A côté des déçus du «Ronde», et peut-être parmi ceux qui souhaitent se jauger en vue de Paris-Roubaix, Tom Steels profitera de cette épreuve pour se remettre en selle. Lui qui est poursuivi par la poisse depuis le début de la saison et qui aspire à pouvoir mettre à profit une condition que son directeur sportif juge relativement bonne.

«Je dirais que Tom Steels est rétabli de sa chute aux Trois jours de La Panne et qu'il est en bonne condition, affirme Gérard Bulens, team-manager de Landbouwkrediet-Colnago. Mais ce dont il manque le plus, c'est de compétition. Tom n'a, en effet, pas parcouru suffisamment de kilomètres en course par rapport à ce qui était prévu. Mais il n'a pas été verni, entre chutes, maladies ou crevaisons au mauvais moment, cela fait beaucoup de petits malheurs.»

«Dierckxsens est un attaquant»

Déjà lauréat en 1996 et en 1999 de cette épreuve, à l'occasion de laquelle les sprinters ont régulièrement eu l'occasion de faire parler la poudre, Tom Steels bénéficiera, donc, d'une relative attention de la part de ses équipiers, qui essaieront de le protéger, même s'il ne constituera pas la seule arme des Landbouwkrediet-Colnago. «Hormis le manque de compétition, un autre élément essentiel pour Tom sera le moral. Un léger doute a dû s'installer chez lui, après cette période de malchance. Mais il est, sans doute, capable de gérer cela avec son expérience. Je l'ai d'ailleurs trouvé relativement bien, sur le plan du mental, ces derniers jours. Oui, un Tom Steels bien emmené jusqu'à la ligne d'arrivée sera un candidat cet après-midi. Mais d'autres coureurs de l'équipe bénéficieront aussi d'une protection. Je pense, en cas de sprint, à Ludovic Capelle ou à un Wesley Van Speybroeck qui connaît bien le parcours.»

Mais d'une manière générale, Gérard Bulens attend une réaction de la part de son groupe et de coureurs qui l'ont déçu, dimanche dernier, à l'occasion du «Ronde».

«J'ai mis mes coureurs face à leurs responsabilités. Leur attitude au Tour des Flandres va à l'encontre de celle que je préconise, notamment pour ceux qui ont arrêté avant la fin et, surtout, dans les conditions de ce Ronde version 2003. Ensuite, Ludo Dierckxsens, qui a mal négocié sa finale dimanche, doit reprendre le rôle qui est le sien, celui d'un attaquant et non d'un leader. Nous sommes passés à côté du Tour des Flandres et j'attends une réaction de la part de l'équipe. Dès aujourd'hui mais aussi en vue de dimanche, à Paris-Roubaix».

Le message est clair...

© Les Sports 2003